11 janvier 2018 ~ 0 Commentaire

oxygène (radio canada)

respire

L’oxygène disparaît de cours d’eau comme le Saint-Laurent

Près d’une vingtaine de scientifiques de partout dans le monde lancent un avertissement sur un effet secondaire peu connu du changement climatique et de la pollution. Selon un article publié cette semaine dans la revue Science, l’oxygène disparaît des océans dans des proportions de plus en plus importantes, ce qui menace la vie marine.

L’étude, qui a été financée par un organisme international affilié à l’UNESCO (l’Orga- nisation des Nations unies pour l’éducation, la science et la culture), relate que ce problème s’aggrave depuis les années 1950.

Au cours des 50 dernières années, la superficie touchée par ce problème dans les océans est passée de 4,5 millions à 32 millions de kilomètres carrés dans les eaux proches des côtes et en haute mer. Les cours d’eau de la côte ouest du Canada et la voie maritime du fleuve Saint-Laurent seraient notamment touchés. « Nous croyons que cet enjeu devrait être examiné et qu’il devrait attirer davantage l’attention », a déclaré Denis Gilbert, l’un des 22 auteurs qui ont cosigné la recherche.

« Tous les animaux doivent respirer de l’oxygène et nous savons que les régions de l’océan qui perdent de l’oxygène sont de plus en plus répandues. Nous voyons les animaux marins qui quittent ces endroits », a ajouté M. Gilbert, qui est aussi scientifique au ministère des Pêches et des Océans. L’article, qui résume une récente recherche, a trouvé plusieurs cours d’eau en manque d’oxygène dans le monde. Les eaux près des grands fleuves et des centres urbains seraient particulièrement touchées. Les chercheurs ont toutefois décelé d’autres cas en haute mer.

Une « énorme » augmentation

Le volume d’eau complètement dépourvue d’oxygène a quadruplé depuis les années 1950, selon une étude. Les populations d’animaux marins et la diversité ont largement diminué dans les régions côtières. Dans les eaux les plus profondes du golfe Saint-Laurent, le taux d’oxy- gène a chuté de 55 % depuis les années 1930. C’est énorme. Nous perdons déjà de la morue dans les eaux profondes. Un phénomène similaire a été observé dans le nord de la Colombie-Britannique, selon le scientifique.

Plusieurs facteurs joueraient un rôle dans ce problème.

Les industries et le secteur agricole rejettent leurs nitrates dans l’océan, ce qui provoque une efflorescence d’algues semblable à celle qui peut affecter les systèmes d’eau douce. Mais en pleine mer, c’est assurément le changement climatique qui est le principal responsable, et de loin. Le changement climatique amène une « triple offensive », a illustré M. Gilbert.

D’abord, les eaux plus chaudes ne peuvent pas absorber autant l’oxygène. Ensuite, les différentes couches de l’océan ne se mélangent pas autant si la partie supérieure est plus chaude, les couches profondes ne sont pas aussi aérées que si elles étaient exposées à la surface, alors, graduellement, l’oxygène qu’elles renferment est consommé par les bactéries. Finalement, les eaux plus chaudes forcent les animaux marins à respirer plus rapidement, les amenant à utiliser encore plus l’oxygène disponible. « L’une des raisons pour lesquelles [les animaux marins] ne peuvent tolérer des eaux très chaudes, c’est qu’ils doivent respirer davan- tage. Dans ces eaux où ils doivent respirer plus, il y a moins d’oxygène », a indiqué le chercheur.

Un enjeu peu étudié

En comparaison avec d’autres enjeux liés au changement climatique, dont l’acidification des océans, les impacts du manque d’oxygène dans l’eau sont trop peu étudiés, selon Denis Gilbert. « C’est très peu compris », a-t-il affirmé. Et le problème ne risque pas d’être résolu à court terme, souligne le scientifique. « Les modèles de réchauffement climatique prédisent que la diminution de l’oxygène sera encore pire d’ici 2100 et qu’elle continuera de s’aggraver », dit-il.

Même avec des cibles ambitieuses de diminution des gaz à effet de serre, il y aura un déclin de l’oxygène dans l’eau, selon le modèle. Or, cela ne veut pas dire pour autant qu’elles sont inutiles, selon M. Gilbert. « Agir sur les énergies fossiles n’aura que des avantages, non seulement pour la glace de mer et pour l’acidification des océans, mais aussi pour l’oxygène », a-t-il conclu.

samedi 6 janvier 2018

http://ici.radio-canada.ca/

Lire aussi :

.
Baisse de 2 % de la quantité d’oxygène dans les océans

Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez-vous poster un commentaire.

Rocutozig |
Tysniq |
Connorwyatt120 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Rafredipen
| Agirensemblespourpierrevert
| Buradownchin