10 janvier 2018 ~ 0 Commentaire

éolien (rtbf)

nukehugger

Grande-Bretagne: l’éolien produit deux fois plus d’électricité que le charbon (et est moins cher que le nucléaire)

Il y a 40 ans, l’approvisionnement électrique de la Grande-Bretagne reposait pour 40% sur le charbon. Aujourd’hui sa part est tombée à 7%. Le déclin du charbon a été constant et rapide entre 2012 et 2016. Sur cette période, c’est le gaz naturel qui l’a remplacé. Mais 2017 a par contre été l’année de la croissance de l’électricité éolienne longtemps limitée à 5 à 10%. Aujourd’hui le vent apporte 15% de l’énergie électrique britannique, explique le site The Conversation. Ce bond en avant est dû pour partie à l’arrivée de nouveaux parcs à éoliennes, notamment offshore, mais aussi à une année plus venteuse.

Record: un quart d’électricité verte en octobre

En octobre 2017, le mix éolien, solaire et hydro-électrique a ainsi généré un quart de l’électri- cité britannique, un record en partie du à l’ex-ouragan Ophelia et à la tempête Brian.Au total, l’augmentation de la part de l’éolien britannique entre 2016 et 2017 permet d’alimenter en électricité 4,5 millions de ménages, plus que ce peuvent fournir les deux nouveaux réacteurs nucléaires bâtis à Hinkley Point C.

De plus, cette électricité éolienne est en train de devenir meilleure marché, la rendant nette- ment plus compétitive que le nucléaire, note The Conversation : 57,50 £ le MWh contre 92,50£. L’Irlande du Nord n’entre pas en ligne de compte ici, car elle partage son système d’approvisionnement électrique avec la république d’Irlande.

La Belgique encore loin derrière

A titre de comparaison, les éoliennes installées en mer du Nord belge ont produit en 2017 un total de 2.867 gigawatt heures d’électricité, ce qui correspond à la consommation d’électricité moyenne de près de 800.000 familles, selon la Belgian Offshore Platform. Si les neuf parcs éoliens prévus d’ici 2020 tournent comme prévu, ils devraient permettre de couvrir 10% de la demande belge d’électricité. Une part qui pourrait même être portée à 20%, selon la Belgian Offshore Platform, si de nouvelles zones étaient libérées dans le futur en mer du Nord.

Jean-François Herbecq  lundi 08 janvier

https://www.rtbf.be/

Commentaire: En petite Bretagne comme on n’a ni vent, ni mer (à la rigueur pour refroidir une centrale), ni soleil, on doit donc faire venir l’électricité nucléaire d’ailleurs. D’ailleurs on va creuser pour trouver de l’uranium, non?  C’est comme çà sous Hulot!

Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez-vous poster un commentaire.

Rocutozig |
Tysniq |
Connorwyatt120 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Rafredipen
| Agirensemblespourpierrevert
| Buradownchin