22 décembre 2017 ~ 0 Commentaire

colonie (npa)

kanak

Référendum : c’est aux Kanak de décider

À moins d’un an du référendum d’autodétermination en Kanaky-Nouvelle Calédonie, l’État français met le turbo pour que le « non » à l’indépendance l’emporte. Macron avait expliqué pendant sa campagne électorale qu’il était pour le maintien de la Calédonie dans la France, c’est donc le Premier ministre Philippe qui s’y colle.

La méthode est simple 

On multiplie les réunions où les indépendantistes sont largement minoritaires et, à la sortie, on salue le fait que la majorité des participants s’est mise d’accord pour un scrutin sincère et transparent, en mentionnant éventuellement qu’il y a des voix divergentes.

Fraudes sur les listes électorales

En novembre, au comité des signataires de l’accord de Nouméa, Philippe a mis tout son poids pendant les 10 heures de la réunion dans un salon de Matignon pour faire admettre aux loyalistes1 qu’il allait inscrire quelques Kanak en plus sur la liste référendaire, car l’ONU menace de déclarer le scrutin insincère.

Le principe a donc été acté de l’inscription de 7 000 Kanak sur les 22 000 qui ne figurent pas sur la liste électorale, mais en échange 3 000 autres personnes pourront y figurer aussi à la seule condition d’être nées sur le territoire et d’avoir 3 ans de résidence, au lieu de 10 auparavant, une nouvelle concession imposée par l’État aux indépendantistes.

Il existe des fraudes sur les listes électorales, avec des personnes qui ne devraient pas y être selon les critères définis pas l’accord de Nouméa de 1998 et la loi organique, mais les recours sont systématiquement rejetés par les juges venus de Paris. Modifier la loi organique si près de la date du référendum est une manœuvre grossière. Tout cela fait dire au président du Parti travailliste, Louis Kotra Uregei, que si les listes électorales sont trop frauduleuses la question du boycott se posera.

Vous avez dit « décolonisation » ?

Quatre groupes de travail sont issus du comité des signataires : cela permettra sans doute au gouvernement d’affirmer qu’étant donné le nombre d’heures de réunion organisées, le scrutin est sincère. Une ficelle déjà largement utilisée lors de la loi de casse du code du travail…

Début décembre, Philippe a passé quatre jours dans la colonie – un record pour un Premier ministre – pour proposer sa méthode jusqu’au référendum : beaucoup de « vivre ensemble », de « destin commun », d’immensité de la tâche… En toute neutralité, il a commencé son discours devant le Congrès du territoire par une référence à la ville du Havre. Il a ainsi glorifié la cité qui servit au 19e siècle à la « conquête du Pacifique », mais il n’est pas arrivé pendant son long séjour à prononcer les mots « colonie » ou « décolonisation », ce qui est pourtant l’objet du référendum, et sachant que pour l’ONU la Nouvelle-Calédonie est un territoire à « décoloniser ».

Au final sont constitués un nouveau groupe de travail, cette fois restreint – pour mieux enfumer probablement –, et une commission des sages, aux contours et à la finalité flous, pour « veiller à ce que les propos et débats soient fidèles aux paroles et à la hauteur de ce qui doit être transmis aux jeunes générations » : c’est limpide.

Une campagne qui ne dit pas son nom

Et ça va continuer. Cette semaine la mission de l’Assemblée nationale française, présidée par le colonialiste Valls, auditionne Urvoas en qualité de rapporteur de la dernière mission parle-mentaire sur le sujet. Urvoas, un personnage dont l’intégrité ne fait pas de doute, au regard de l’actualité…

Début mars, c’est une mission du Sénat qui va voyager, puis un nouveau comité des signataires se réunira à Paris : il vaut probablement mieux sortir les acteurs de leur milieu pour leur mettre la pression. En avril ce sera au tour de Macron de faire le déplacement, une mission de l’Assemblée nationale trouvera elle aussi une date durant le premier semestre 2018… Le rythme des « visites » est inédit dans l’histoire de la colonie, mais cela ne saurait évidemment s’assimiler à une campagne pour le « non » au référendum.

Ici aussi il faut contrer la propagande colonialiste, en organisant notamment des réunions d’information et de soutien à la lutte du peuple kanak, pour qu’à la fin de l’année les Kanak puissent enfin, et librement, choisir leur destin.

Mercredi 20 décembre 2017 Bernard Alleton

https://npa2009.org/

  • 1. « Loyaliste » est l’appellation donnée aux partisans du maintien de la colonisation. Chacun avouera que c’est plus vendeur que « colonialiste ».

Lire aussi:

Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez-vous poster un commentaire.

Rocutozig |
Tysniq |
Connorwyatt120 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Rafredipen
| Agirensemblespourpierrevert
| Buradownchin