17 décembre 2017 ~ 0 Commentaire

immigration (jdd)

 expulsions

Emmanuel Macron et Gérard Collomb veulent expulser davantage

Le JDD dévoile en exclusivité ce que pourrait être la future loi « asile – immigration », préparée par le ministre de l’Intérieur Gérard Collomb.

Le texte s’annonce plutôt répressif.

Attention, dossier politiquement explosif! La future loi « immigration – asile » que prépare le gouvernement devait être transmise la semaine dernière au Conseil d’Etat, avant une présen-tation en Conseil des ministres en janvier. Mais elle a déjà pris un mois de retard, et ne devrait pas arriver à l’Assemblée nationale avant avril. « C’est un énorme texte, très volumineux, expli- que un proche du président. Il faut prendre le temps, et on fait preuve de prudence. » Délicat euphémisme. La dernière réunion interministérielle (RIM) en date sur ce dossier, vendredi soir à Matignon, l’a souligné, qui a encore repoussé nombre d’arbitrages : l’exécutif avance sur ce texte ultrasensible comme sur des charbons ardents.

Vers un allongement de la durée légale de rétention?

Si Emmanuel Macron entendait distinguer clairement demandeurs d’asile et migrants écono-miques, la loi que prépare son ministre de l’Intérieur Gérard Collomb penche clairement du côté de la fermeté. Le premier volet du texte, certes, concerne l’asile : il vise essentiellement à réduire les délais de traitement des demandes, le Président ayant préconisé de les réduire à six mois maximum, contre quatorze jusqu’ici.

Le deuxième volet a trait aux procédures « d’éloignement » des déboutés du droit d’asile ou, plus généralement, des personnes faisant l’objet d’une obligation de quitter le territoire français (OQTF).

Selon le ministère de l’Intérieur, sur 91.000 étrangers en situation irrégulière interpellés en 2016, seuls 31.000 se sont vus délivrer une OQTF ; parmi ces derniers, moins de 25.000 ont quitté le territoire français, dont 13.000 de manière contrainte. Il s’agit donc d’expulser davantage, et mieux.  Le ministère de l’Intérieur entend par exemple allonger substantiellement la durée légale de rétention dans les centres administratifs de rétention : de 45 jours actuellement, Beauvau envisageait de la doubler pour la porter à 90 jours. Mais cet objectif pourrait être revu à la baisse.

16 décembre 2017

http://www.lejdd.fr/

Commentaire: « Cool » mais sensible aux « préoccupations » de l’extrême droite

Lire aussi:

France. Macron-Collomb contre l’asile (A l’Encontre.ch)

Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez-vous poster un commentaire.

Rocutozig |
Tysniq |
Connorwyatt120 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Rafredipen
| Agirensemblespourpierrevert
| Buradownchin