14 novembre 2017 ~ 0 Commentaire

sncf (alternative libertaire)

cata

SNCF : Le sectarisme syndical nous conduit droit dans le mur !

Esprit de clocher et appels à la mobilisation divergents : ça a été du grand n’importe quoi, en octobre, du côté des fédérations syndicales cheminotes.

Il est encore temps de retrouver le sens de l’action unitaire.

Le 12 septembre, les cheminots et cheminotes avaient répondu présent à la première journée de mobilisation contre les ordonnances Macron, avec un taux de grève autour de 30 %. Un début encourageant même si, à l’image des autres secteurs professionnels, la mobilisation a été en recul dès le 21 septembre.

La journée d’action du 10 octobre pour la défense du service public aurait pu constituer un nouveau tremplin, et il y avait donc de quoi espérer un appel dans l’unité ! Raté, complétement raté !

L’Unsa appelait à défiler avec les fonctionnaires mais sans faire grève ; la CFDT, elle, organi- sait un rassemblement sur Paris mais sans rejoindre la manif. SUD-Rail a inventé un appel à « converger tous sur Paris » alors qu’il n’y avait pas de manifestation nationale, mais des manifs dans toutes les régions. Et la CGT-Cheminots appelait à… rien. En revanche elle a décidé d’appeler seule à la grève le 19 octobre. Résultat des courses : des journées de grève par ci par là, sans autre impact que d’alléger la feuille de paie à la fin du mois. Et surtout, une image déplorable renvoyée à nos collègues par nos syndicats, quant à notre capacité à construire un mouvement fort qui peut gagner.

Arrêtons les frais !

Là où il y a besoin d’unité pour donner confiance aux salarié.es, nos fédérations syndicales CGT et SUD-Rail opposent le sectarisme au sectarisme. Or le problème n’est pas de crier le plus fort possible « grève générale », mais de la préparer, de l’organiser. Au point où nous en sommes actuellement, l’important est ailleurs : service par ­service, il faut reconstruire les conditions d’un mouvement fort, unitaire, reconductible et en lien avec ce qui se passe dans les autres secteurs professionnels.

Des organisations syndicales interprofessionnelles se dirigent vers une journée de grève mi-novembre.

C’est cela qu’il faut préparer dès maintenant, pour une grève massive et qui ne se limite pas à une protestation de vingt-quatre heures. Ce doit être une grève pour gagner, donc une grève portée par la masse des cheminots et des cheminotes à travers des assemblées générales où ils et elles décident de leur mouvement. Partout, poussons pour des appels syndicaux unitaires dans ce sens. Mais surtout organisons-nous pour créer et imposer cette dynamique !

Des cheminot.es d’AL 14 novembre 2017

http://alternativelibertaire.org/

Commentaire:

Le problème avec les syndicats, qu’ils soient d’accompagnement du capitalisme comme de résistance, c’est leur incorporation grandissante à l’état capitaliste.

Oubliée l’indépendance par les cotisations, il leur faut « d’autres ressources ». Pour loger les permanents dans des locaux somptueux. Sans parler de leurs logements! L’appareil de « permanents-cadres » est notoirement « sur-dimentionné » !

Par mille moyens le système tend à les absorber, pas pour récompenser leur bonne volonté, mais pour à travers eux,  limer les dents des salariés! Cela passe par des financements, mais aussi par leur participation systématique à la soit-disant « concertation » qui n’est que de la validation des thèses patronales, pour les médias. Il n’y a pas d’avancées par la « bonne volonté » des patrons comme le prétend la CFDT, cela n’arrive que par le rapport de force qui leur est imposé!

Lire aussi:

Les syndicats à l’époque de la décadence impérialiste (Léon Trotsky)

Construire à la base Manifestation du 16 novembre : Quelle stratégie pour la suite (Révolution Permanente)

Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez-vous poster un commentaire.

Rocutozig |
Tysniq |
Connorwyatt120 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Rafredipen
| Agirensemblespourpierrevert
| Buradownchin