26 octobre 2017 ~ 0 Commentaire

psa rennes (lutte ouvrière + révolution permanente)

peugeot 68

Les intérimaires débrayent

Le 19 et le 20 octobre, plusieurs dizaines d’intérimaires du Montage ont débrayé pour protester contre les paies minables, réclamer une augmentation du salaire et son versement effectif tous les mois. Depuis l’an dernier, de très nombreux ouvriers intérimaires travaillent dans l’usine pour assurer la production de la nouvelle 5008 et plus d’un millier sont nécessaires pour tenir l’équipe de nuit.

Leurs salaires sont les plus bas de l’usine.

En plus, la flexibilité des horaires de travail, instaurée avec les plans de compétitivité succes- sifs, fait que les pannes dans les ateliers ou le manque de pièces venant des fournisseurs se transforment en heures ou en jours non travaillés. Cette situation, qui dure depuis des mois, rogne directement les salaires des intérimaires chaque mois. Il faut y ajouter les multiples erreurs sur les fiches de paie, toujours en défaveur des ouvriers. Ceux d’entre eux qui avaient déjà fait des missions d’intérim dans l’usine en 2004 témoignent que leurs salaires de l’époque étaient plus élevés que ceux d’aujourd’hui !

Dans ce contexte de mécontentement et à la réception de la dernière paye de septembre ne dépassant pas les 1 280 euros pour la plupart

Certains ont décidé de se faire entendre. Une pétition réclamant des hausses de salaire a commencé à circuler parmi les intérimaires. Seule la CGT a soutenu l’initiative. Les autres syndicats ont, au contraire, tout fait pour désamorcer la colère.

La pétition, que les intérimaires faisaient circuler eux-mêmes en rencontrant un vrai succès, a inquiété la direction. Celle-ci a commencé à faire pression sur eux, par l’intermédiaire des chefs. En même temps, la veille du débrayage, elle annonçait que l’avance de 56 euros brut qui jusque-là était versée aux intérimaires à partir de la 21e heure non travaillée du mois, le serait désormais à compter de la 7e. Par l’intermédiaire du syndicat SIA, elle annonçait aussi qu’elle augmenterait les salaires des intérimaires par un changement de coefficient au bout de six mois d’ancienneté chez PSA.

Habituellement, un tel changement de coefficient n’arrive pour les embauchés qu’au bout de sept à huit ans. Signe que la direction voulait tout faire pour désamorcer le débrayage.

Mais rien n’y a fait et le 19 octobre, 70 intérimaires et une dizaine de CDI de différents secteurs du montage ont fait grève et se sont rassemblés, bloquant la production.

Les grévistes qui défilaient dans l’atelier en scandant « Sans nous, pas de bagnole » et « Sans sous, pas de bagnole » ont pu constater que les quelques chefs et techniciens mis en poste pour les remplacer n’arrivaient pas à faire tourner l’atelier. Une délégation de grévistes a été reçue par la direction, qui a refusé de satisfaire aux revendications. Les grévistes, réunis en assemblée générale à l’issue de la rencontre, ont donc décidé d’appeler à un nouveau débrayage, le lendemain, à la même heure, avec l’objectif de convaincre d’autres ouvriers.

Entre temps, les agences d’intérim avaient appelé tous les intérimaires, et certains chefs de l’usine menaçaient directement certains d’entre eux.

Néanmoins, le vendredi, 50 intérimaires ont encore débrayé et se sont rassemblés en assem- blée générale dans l’atelier avec la CGT. Les grévistes décidèrent de s’adresser aux ouvriers des autres équipes pour essayer d’étendre le mouvement. Avant le changement d’équipe, une vingtaine d’entre eux sont donc allés vers l’entrée principale pour discuter et convaincre ceux de l’après-midi.

Finalement, à la pause de 17 h 30, 25 intérimaires d’un secteur du Montage décidè- rent de ne pas reprendre le travail. Ce débrayage spontané suffit à bloquer la production au Montage et paniqua la direction qui ne s’y attendait pas. Au travers de ces débrayages, les intérimaires grévistes prennent conscience que PSA tire toutes les ficelles, et de la nécessité de s’adresser à tous les travailleurs présents dans l’usine.

C’est de bon augure pour la suite car ces débrayages inédits de travailleurs intérimaires pour- raient bien faire des émules, y compris parmi les travailleurs en contrats CDI ou bien ceux des multiples sous-traitants qui travaillent maintenant côte à côte dans la même usine. PSA divise les travailleurs entre de multiples contrats différents, mais les problèmes de paies et de condi- tions de travail existent pour tous, quels que soient l’employeur ou la couleur du bleu de travail.

Correspondant LO 25 Octobre 2017
.
Lire aussi:
.

Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez-vous poster un commentaire.

Rocutozig |
Tysniq |
Connorwyatt120 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Rafredipen
| Agirensemblespourpierrevert
| Buradownchin