20 octobre 2017 ~ 0 Commentaire

brest procureur (atlantico)

ferrand-macron

Tour de passe-passe » : Le Canard enchaîné charge le procureur qui a blanchi Ferrand

Le procureur de Brest « confirme en tous points les révélations du ‘Canard’ sur les exploits immobiliers de l’éphémère ministre de la Cohésion sociale. Mais c’est pour mieux en conclure qu’il n’y a pas de quoi ferrer Ferrand », raille l’hebdomadaire satirique. Justice ou injustice ?

Le 13 octobre, le procureur de Brest, Jean-Philippe Récappé, a classé l’affaire Ferrand sans suite. Dans son édition du 18 octobre, Le Canard Enchaîné critique cette décision. « Il confirme en tous points les révélations du ‘Canard’ sur les exploits immobiliers de l’éphémère ministre de la Cohésion sociale. Mais c’est pour mieux en conclure qu’il n’y a pas de quoi ferrer Ferrand », raille-t-il, ajoutant que « pour arriver à blanchir un macronien d’élite, le magistrat énonce une contrevérité d’importance et se voile les yeux ».

Le « tour de passe-passe » du procureur de Brest

Dans son communiqué, le procureur affirme en effet que l’épouse de Richard Ferrad, Sandrine Doucen, « avait acquis dans le centre de Brest un immeuble qui a été loué ultérieurement aux Mutuelles ».

« En clair : le bien n’a pas été acheté en vue de le louer auxdites Mutuelles », explique l’hebdo- madaire satirique. « Or les documents publiés par le ‘Canard’ attestent du contraire : c’est Ferrand qui a signé, à titre personnel, le compromis de vente sous la condition suspensive que les Mutuelles soient d’accord pour louer ces bureaux !

Et ce n’est qu’une fois cette question réglée que le directeur général a cédé l’affaire à sa compagne, qui se sera constitué, en dix ans, un patrimoine de 600 000 euros sans bourse délier », enfonce le palmipède. Il explique ensuite qu’à « l’époque cette manœuvre a permis à Ferrand de camoufler son rôle dans l’opération. Les comptes rendus des conseils d’adminis- tration des Mutuelles de Bretagne de janvier 2011, consacrés à cet achat immobilier, ont passé sous silence le rôle joué dans l’affaire par le duo Ferrand-Doucen ».

Pour autant, le procureur a conclu que « les investigations menées n’ont pas mis au jour d’élé- ments de dissimulation avérée », s’étonne le Canard Enchaîné, précisant que « la reconnais- sance de cette dissimulation aurait eu pour effet d’allonger les délais de prescription ». « Grâce à son tour de passe-passe, le procureur peut proclamer qu’un éventuel délit de prise illégale d’intérêt est prescrit depuis 2015″, conclut Le Canard enchaîné, ajoutant que l’association anticorruption Anticor envisage de déposer plainte.

18 Octobre 2017
.

Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez-vous poster un commentaire.

Rocutozig |
Tysniq |
Connorwyatt120 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Rafredipen
| Agirensemblespourpierrevert
| Buradownchin