17 octobre 2017 ~ 0 Commentaire

étudiant(e)s (politis)

jeunes

Étudiants précaires : se nourrir, un casse-tête

Alors que les APL ont diminué de 5 euros, la précarité étudiante augmente. Premier budget impacté : celui des repas. Face à cela, au-delà de la débrouille, des associations tentent de mettre en place des solutions collectives, comme les épiceries solidaires.

Tout n’est pas noir non plus », « Je ne me plains pas, il y a pire »…

Les étudiants ont tendance à minimiser leur précarité. Un peu par honte, surtout parce qu’ils se sentent préservés de la « vraie » misère. Pourtant, un rapport édité par l’Inspection générale des affaires sociales (Igas) constatait, en 2015, que 19,1 % des étudiants vivaient en dessous du seuil de pauvreté, soit avec 987 euros par mois (60 % du revenu médian). Plus d’un tiers, 36 %, touchaient des aides directes, mentionne ce même texte.

Augmentation des demandes de bourse

Un chiffre qui a sans doute évolué. D’après l’étude annuelle de l’Unef, le coût la vie étudiante a augmenté de 2,09 %. À la rentrée 2017, les demandes de bourse des centres régionaux des œuvres universitaires et scolaires (Crous) ont cru de 2,2 % a révélé Le Monde.

Plus significatif encore de la paupérisation des étudiants : l’augmentation des demandes d’aides d’urgences délivrées par le Crous dans des situations d’extrême précarité. Il en existe de deux sortes, ponctuelle et annuelle, les montants sont fonction de l’échelon de bourse de l’étudiant. Ce fond spécial est alimenté par l’État. En 2016, 42 037 étudiants y ont eu recours, soit 1 160 de plus que l’année précédente (2,8%).

Ces données expliquent l’indignation estudiantine lorsque le gouvernement a annoncé la diminution des APL de 5 euros cet été. « Si à 18, 19, 20, 24 ans, vous commencez à pleurer pour 5 euros, qu’est-ce que vous allez faire de votre vie ? », avait rétorqué la députée LREM de l’Eure, Claire O’Petit.

Alimentation : le système D

Léa [1] sait ce qu’elle va faire de sa vie : avocate pour les droits des étrangers. Elle a plus de mal à boucler le mois sans se retrouver à découvert: « Ça me prend souvent la tête, je galère. » La jeune fille qui vit à Paris touche les APL et son père l’aide à hauteur de 300 euros par mois. Après le paiement de son loyer, il lui reste 200 euros pour vivre.

Lorsque le reste à vivre de l’étudiant (la somme qui reste après le paiement du loyer et des charges) est égal ou inférieur à 7,50 euros par jour, on parle d’extrême précarité. À Paris, environ 30 % des étudiants seraient passés sous ce seuil. « Une bonne part de mon budget passe dans les transports, du coup, je marche beaucoup et je fraude un peu, admet Léa. C’est pour les repas que c’est plus compliqué… ».

En mai dernier, un rapport de la Croix-Rouge révélait que 130 000 étudiants sautaient en moyenne 4 à 5 repas par semaine. C’est déjà arrivé à Clément [1] : Je suis devenu un expert pour les bons plans et les stratégies de consommation. Je mange essentiellement des pâtes et du riz, et très peu de légumes. Pour les produits que je ne peux pas acheter, comme la viande ou le fromage, il m’est déjà arrivé de les voler dans les grandes surfaces.

Un dixième des prix dans le commerce

Face à ce constat, des épiceries solidaires étudiantes ont émergé, coordonnées par la Fage avec l’aide d’associations locales. Depuis cinq ans, on en compte une quinzaine en France métropolitaine, et d’autres projets sont à l’étude.

Dans la capitale, l’Agoraé, située sur le campus de Paris 7 Diderot (XIIIe arrondissement), a fêté son premier anniversaire le 22 septembre. Cette épicerie jouxte un lieu de vie ouvert à tous. La trentaine de bénéficiaires ont dû remplir un dossier et prouver avoir un reste à vivre journalier égal ou inférieur à 7,50 euros. « Mais la moitié d’entre eux ont un reste à vivre négatif », souligne Lina, une bénévole.

Sur les étagères, des boîtes de conserve à 0,28 euros, du dentifrice à moins de 50 centimes et des légumes vendues à 33 centimes le kilo. « Les prix sont fixés à 1 dixième de ceux que l’on trouve dans le commerce », explique Alix de Faucal, vice-présidente de l’Association générale de étudiants de Paris chargée de l’Agoraé. « Que l’étudiant participe financièrement, c’est symbolique, mais c’est aussi une forme de responsabilisation », souligne la jeune fille, étudiante en orthophonie. « D’autant qu’ici, 5 euros ça équivaut à 90 paquets de pâte », sourit ironiquement Lina. Un petit message pour la députée de l’Eure.

[1] Les prénoms ont modifiés à la demande des interlocuteurs.

 Malika Butzbach 16 octobre 2017

https://www.politis.fr/

Lire aussi:

Christophe Robert : « La baisse des APL, une décision dangereuse »

Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez-vous poster un commentaire.

Rocutozig |
Tysniq |
Connorwyatt120 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Rafredipen
| Agirensemblespourpierrevert
| Buradownchin