22 septembre 2017 ~ 0 Commentaire

patrimoine (l’obs)

bern deutsh

Stéphane Bern en charge du patrimoine : « Sa vision de l’histoire est étriquée et orientée » Pour l’historien Nicolas Offenstadt, la nomination de Bern marque le triomphe de l’ « histotainment ».

Les Journées européennes du patrimoine n’ont pas échappé à la communication politique, ce week-end. Venu visiter samedi le château de Monte-Cristo, à Port-Marly (Yvelines), Emmanuel Macron a profité des micros et des caméras pour annoncer qu’il confiait à l’animateur Stépha- ne Bern une mission bénévole pour identifier des monuments du patrimoine local en péril, et réfléchir à des moyens innovants pour en financer les restaurations.

Macron confie à Stéphane Bern une mission pour sauver le patrimoine local

Une nomination qui ne fait pas l’unanimité du côté des historiens. «Quel sens de l’expertise au gouvernement! Stéphane Bern en mission pour le Patrimoine. Tu ris ou tu pleures?», a ainsi réagi sur son compte Twitter Nicolas Offenstadt, maître de conférences à l’université Paris-I-Panthéon-Sorbonne.

Entretien.

Question: Vous avez rapidement réagi sur les réseaux sociaux à la nomination de Stéphane Bern pour cette mission sur le patrimoine. En quoi vous semble-t-elle inappropriée ?

Ce choix est un très mauvais symbole, notamment pour le monde de la culture et de l’histoire. Alors que la France compte de nombreux professionnels qui travaillent depuis des années sur le patrimoine, qui mènent des recherches exigeantes et sérieuses, qui réfléchissent en profon- deur sur ce sujet, Emmanuel Macron choisit de confier un dossier aussi capital à quelqu’un qui n’a strictement aucune compétence en la matière. C’est désastreux. C’est une vraie gifle adressée aux professionnels qui travaillent dans l’ombre sur ces thématiques.

Mais au-delà du symbole, et du manque de compétences de Stéphane Bern, ce choix est également assez inquiétant.

D’abord parce que les questions de patrimoine sont loin d’être anodines. Les enjeux sont très importants : il s’agit tout simplement de faire le tri, de choisir ce que notre société doit valoriser de son passé, et donc ce qui ne le sera pas ou le sera moins. Il s’agit donc aussi, par ce choix, de mettre l’accent sur certaines valeurs plutôt que d’autres. Or Stéphane Bern n’a pas de réflexion distanciée sur ces sujets. Et il est tout sauf neutre idéologiquement dans sa manière d’appréhender le passé, l’histoire de France et même le présent.

Q: Quelle vision du patrimoine et de l’histoire de France craignez-vous qu’il défende?

Stéphane Bern ne s’est jamais caché. Il a toujours indiqué qu’il aimait «l’ordre et la monar- chie», et qu’il était partisan du «roman national», qui n’est rien d’autre qu’une fiction identitaire faite de héros et d’épisodes forts mais idéalisés. Sa vision de l’histoire et du patrimoine est donc une vision étriquée et orientée. Stéphane Bern est l’un des symboles des « historiens de garde », ces histrions, pour la plupart des essayistes, qui font de l’histoire un terrain d’amu- sement et qui se servent de leur visibilité médiatique pour mettre en avant un discours politique orienté clairement réactionnaire, défendant une vision apeurée de la France et de son histoire.

Depuis quand Charles Martel est-il un héros de l’histoire de France ?

Q: Confier cette mission à une personnalité connue du grand public, n’est-ce pas une idée intéressante pour médiatiser les questions de sauvegarde du patrimoine ?

Non, je ne le crois pas. Confier une mission, qui va avoir prétention à gouverner les réflexions des autorités sur notre passé, a quelqu’un de très marqué idéologiquement, qui ne se soumet pas au travail distancié du chercheur, est très problématique. Dans son émission, « Secrets d’histoire », Stéphane Bern privilégie l’histoire en surface. Dans ce programme, on s’attarde presque exclusivement sur l’histoire des grands hommes et des grands faits. Ce n’est pas une histoire qui explique, qui aide à la compréhension, c’est une histoire qui n’est qu’un prétexte à la distraction. Un « histotainment » en quelque sorte. Quant au patrimoine, il est presque réduit aux châteaux et aux églises. Or l’histoire et le patrimoine, ce n’est pas que ça. Stéphane Bern sera-t-il attentif au patrimoine ouvrier et militant par exemple ? On peut en douter. C’est pourtant aussi l’une des richesses et l’une des dimensions de notre passé.

Gaulois, Clovis, Jeanne d’Arc : la France doit s’inventer une histoire qui lui ressemble

Qu’est-ce que cette nomination dit de la conception de l’histoire d’Emmanuel Macron?

Pour l’heure, le rapport à l’histoire du chef de l’Etat apparaît relativement inconsistant. Emma- nuel Macron alterne entre des signes d’ouverture (sur la colonisation…) et des marqueurs plus identitaires et réactionnaires, comme cette nomination de Stéphane Bern. Il ne dit rien, ou, plus exactement, il dit tout, comme pour contenter tout le monde, et ainsi ratisser très large. J’ai pour l’instant le sentiment que la communication prend le dessus sur la réflexion.

L’impeccable leçon de Macron sur la colonisation

Le choix de Stéphane Bern est tout sauf neutre politiquement. C’est un signal clair envoyé à une certaine droite identitaire, habillée sous un aspect sympathique puisque Stéphane Bern a une bonne image auprès du plus grand nombre. Nicolas Sarkozy avait fait du passé un terrain de communication privilégié, faisant fi de l’histoire au profit des mots qui brillent. Espérons que l’on ne retourne pas sur ce terrain.

L’Obs Sébastien Billard 18 septembre 2017

http://www.anti-k.org/

Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez-vous poster un commentaire.

Rocutozig |
Tysniq |
Connorwyatt120 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Rafredipen
| Agirensemblespourpierrevert
| Buradownchin