12 septembre 2017 ~ 0 Commentaire

unef (jdd)

savmelenchon

Comment Mélenchon n’a pas pris le contrôle de l’Unef

Plusieurs proches des Insoumis, soupçonnés de fomenter un « putsch », ont été exclus. Ils dénoncent au contraire une « purge ».

Union dans la rue, lutte d’influence en interne. Pour mardi, le mot d’ordre est clair : le syndicat étudiant Unef appelle à manifester avec la CGT. « La réforme du Code du travail touche directement les jeunes et les étudiants. 50% des ­étudiants sont salariés », rappelle Lilâ Le Bas, présidente de l’organisation. En revanche, l’Unef n’appelle pas à manifester le 23  septembre derrière Jean-Luc Mélenchon. « On ne défile pas derrière un parti », poursuit Le Bas. Justement. De Jean-Luc Mélenchon et de La France insoumise, il en a fortement été question à l’Unef pendant cet été qui fut agité. Les uns dénoncent une « tentative de putsch », les autres hurlent à la « purge ». Car la recomposition politique chamboule aussi le syndicat étudiant.

« On refuse toute cartellisation politique »

« Historiquement, la majorité est hamoniste, mais depuis deux ans, elle a connu une mélencho- nisation, décrit un cadre de l’Unef. Avec la présidentielle, beaucoup de gens sont partis chez les Insoumis. Et pendant l’été, ils ont essayé de donner l’Unef à La France Insoumise. »

En juillet, sept membres du bureau national et la trésorière, Cassandre Bliot, ont été démis de leurs fonctions lors d’une réunion particulièrement tendue. « Sept membres du BN ont exigé la création d’un groupe FI [France insoumise] autonome dans la majorité nationale », déplorait dans un sms Lilâ Le Bas, ajoutant avoir alors découvert qu’une « fraction était en train de s’organiser ». Il leur était reproché de se servir du fichier des adhérents pour tenter de recruter. « La direction a vu ça comme une tentative de putsch », résume un dirigeant du syndicat.

Un putsch? « Un fantasme », rétorque un membre de l’Unef proche des Insoumis. Il poursuit : « L’objectif n’a jamais été de prendre l’Unef. Les huit personnes en ­question ont envoyé un mail pour prévenir qu’ils étaient à La France insoumise et pour acter des ­désac- cords politiques. Une semaine après, ils se sont fait éjecter. Une purge pareille, ce n’est jamais arrivé. La majorité a considéré que FI n’avait pas sa place au sein de l’Unef ».

MLS_GAUCHEDESUNIE.JPG_u.infogene05

Dans les rangs de l’organisation étudiante, certains ont pensé que ces huit-là agissaient sur ­commande. « On refuse toute cartellisation politique au sein de l’Unef. Nous leur avons réaffirmé que nous ne recevions pas d’ordre de l’extérieur », explique un membre de la direction. « On ne veut pas ­structurer une fraction FI au sein de l’Unef, réplique Danielle Simonnet, proche de Mélenchon et ancienne du syndicat. A une époque, les socialistes Julien Dray et ­Jean-Christophe Cambadélis avaient leurs réseaux au sein de l’Unef et jouaient aux marionnettes. FI se refuse à faire cela. » Des ­tensions qui devraient perdurer d’ici au congrès de l’Unef, qui se tiendra dans un an et demi.

11 septembre 2017

http://www.lejdd.fr/

Commentaire: Voilà un petit jeu qui a discrédité l’UNEF, grand syndicat de masse, devenu lieu d’affrontement des différentes « écuries présidentielles » des éléphants (carbonisés)  du PS. Que la France Insoumise se mêle aux luttes de sommet à son tour n’est pas bon signe pour les luttes à la base!

Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez-vous poster un commentaire.

Rocutozig |
Tysniq |
Connorwyatt120 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Rafredipen
| Agirensemblespourpierrevert
| Buradownchin