13 août 2017 ~ 0 Commentaire

trump (jdd)

president evils

Comment Donald Trump « travaille pour nuire à l’environnement »

Depuis des semaines, l’administration de Donald Trump cherche à suspendre des dizaines de régulations concernant la protection de l’environnement. Une attitude qui alarme profondément la communauté scientifique américaine.

Les conclusions d’un rapport gouvernemental américain sur le climat, dévoilé mardi par le New York Times, annonçait que les Etats-Unis ressentiraient déjà les conséquences du réchauffe- ment climatique, s’inquiétant de la hausse des températures.

Cet embarrassant rapport a encore davantage mis en lumière l’opposition entre l’administration et la communauté scientifique américaine. Scott Pruitt, climato-sceptique reconnu, à la tête de l’Agence gouvernementale de protection de l’environnement (EPA), a déjà déclaré qu’il y avait un « énorme désaccord » concernant l’impact des hommes sur le réchauffement climatique.

Pendant sa campagne, Donald Trump avait promis de supprimer l’EPA et de sortir de l’accord de Paris. Six mois après son arrivée à la la Maison-Blanche, s’il n’a pas encore supprimé la première, il s’est déjà désengagé du second : « Nous avons travaillé extrêmement dur pour parvenir à faire entrer les Etats-Unis dans cet accord », raconte au JDD Thomas Burke. Aujourd’hui professeur à la John Hopkins University, dans le Maryland, il était conseiller scientifique puis de l’EPA et administrateur adjoint pour la recherche et le développement de 2015 à 2017. « C’est désastreux de réaliser l’impact que ces décisions vont avoir. »

Le public américain aurait dû découvrir ce rapport bien plus tôt. Bien que disponible depuis janvier sur le site Internet Archive, il a fallu que le New York Times le publie pour qu’il soit médiatisé. Car depuis janvier, il attend l’accord officiel de l’administration. Problème : pour que cette dernière puisse l’approuver, plusieurs personnes manquent à l’appel. En six mois d’exercice, des postes scientifiques-clé, comme celui du conseiller scientifique présidentiel, n’ont pas encore été pourvues.

Un vide scientifique à la Maison Blanche qui se fait l’écho de l’absence de politique écologique de Donald Trump. « L’une des décisions qui aura le plus de conséquences est la totale ignorance de la communauté scientifique lors des prises de décision de cette adminis- tration, déplore Thomas Burke. Et la plus horrible des insultes envers quelqu’un, c’est de l’ignorer. »

La suppression de régulations de santé publique

En six mois de présidence, cette dernière a indigné la communauté scientifique en tentant de supprimer 47 régulations, souvent passées sous Obama. Une suppression de mesures que Donald Trump considère comme le “plus grand accomplissement” de ses 100 jours à la Maison-Blanche, juste après la confirmation du juge Neil Gorsuch à la Cour Suprême.

« L’administration est en train de renvoyer les Etats-Unis des dizaines d’années en arrière, raconte au JDD Emily Hammond, professeure de droit à la Georgetown University et spécialiste des questions environnementales. Non seulement en matière de changement climatique, mais aussi pour la préservation de l’eau potable, de l’air, des animaux et même de nos terres. Dans chaque partie de la loi environnementale, l’administration Trump travaille pour nuire à l’environnement. »

Trump a ainsi tenté de supprimer, par décret, l’une des principales réformes du mandat Obama en matière d’environnement, appelé le Clean Power Plan. Cette plate- forme, avait pour but de réduire les émissions de gaz à effet de serre dans l’industrie des énergies fossiles. Une initiative vivement critiquée par Scott Pruitt et qui, sur signature du président américain, a été remplacée par « le décret d’indépendance énergétique ». Ce dernier valorise les industries du pétrole, du gaz et du charbon au détriment des énergies renouve- lables. « C’est un vrai retour en arrière, poursuit Thomas Burke. Un changement contre la santé publique, si dramatique qu’il nous est désormais impossible de prétendre être leaders en matière scientifique. »

Cette semaine encore, l’EPA a modifié par une nouvelle régulation une loi passé au Congrès l’année dernière, concernant la limitation des produits chimiques. Grande victoire pour l’industrie chimique, elle permettra aux entreprises d’utiliser 600 nouveaux produits dont la dangerosité n’a pas encore été testée par l’agence gouvernementale. « Je suis très préoccupé par le changement d’attitude concernant les prises de décisions scientifiques, raconte Thomas Burke. Les décisions de l’EPA s’orientent vers la dominance énergétique et la suppression des régulations. C’est contraire à sa mission fondamentale, qui est celle d’être au service de la santé publique. »

Un président de l’EPA climato-sceptique

Comment expliquer que l’EPA se voit autant détournée de sa mission ? La faute sans doute à Scott Pruitt lui-même. Quand il était encore procureur général de l’Oklahoma, Scott Pruitt avait l’habitude d’attaquer en justice les régulations fédérales de l’agence. La majorité de ces procès ont été intentés pour favoriser des entreprises d’énergie fossile, avec laquelle il était très régulièrement en contact. Nommé par Donald Trump à la tête de l’EPA, Pruitt semble aujour- d’hui toujours aussi déterminé à libérer l’industrie des régulations.

Il a suggéré devant le Congrès, de débattre sur, selon ses mots « cette pseudo-science » qu’est le changement climatique. Car selon lui, le changement climatique n’est pas un fait scientifique avéré, mais un problème partisan. Les scientifiques qui confirment son existence sont donc forcément militants, probablement démocrates. « Cette politisation du discours scientifique est extrêmement préoccupante, reconnaît Thomas Burke. Mais au-delà de l’administration Trump, la racine de nos problèmes est bien plus ancienne. Rien de ce genre n’arrive aussi facilement en six mois. Depuis qu’Al Gore, vice-président sous Bill Clinton (de 1993 à 2001, NDLR) s’est emparé de la cause du changement climatique, il lui a offert une exposition sans précédent. Mais il en a aussi fait un problème partisan, et l’administration Trump amène désormais cette logique à son extrême. »

A l’heure actuelle, Pruitt a essayé de suspendre 14 régulations dans différents champs d’action. « Supprimer des régulations des présidents précédents est commun lors de l’arrivée d’un nouveau venu dans le bureau ovale, explique au JDD Stuart Shapiro, analyste à la Maison-Blanche pendant les mandats de George Bush et Bill Clinton. Trump fait face aux mêmes obstacles que l’administration Bush et Reagan en leur temps, ça ne sera pas chose facile pour lui. Mais je pense que son but est de parvenir à supprimer le plus de régulations possibles, beaucoup plus que ses prédécesseurs. »

Supprimer une régulation est certes un procédé lent et complexe, mais pour cer- taines, Donald Trump a décidé de le contourner. Pour ce faire, il utilise un procédé légis- latif exceptionnel. Grâce à l’Acte de Révision du Congrès, le parti républicain a par exemple pu neutraliser une régulation qui limitait le rejet de déchets des usines de charbons dans les cours d’eau.

L’administration Trump a aussi voulu réduire le budget de la recherche. En mars, Mick Mulvaney, à la tête du bureau du Management et du Budget, avait été très clair à propos de l’attitude de l’administration concernant l’environnement : « Nous ne dépensons plus pour ça. Nous considérons que c’est une perte d’argent. » Au total, les coupes proposées réduisait de 5,6 milliards le financement de l’EPA, soit son budget le plus faible depuis 40 ans. Une propo- sition tellement drastique que même le Congrès, pourtant à majorité républicaine, a refusé de le signer.

Plus de 3 200 postes au sein de l’agence gouvernementale devaient à l’origine être supprimés. Si le vote du Congrès a amoindri ce chiffre, l’EPA a tout de même perdu du personnel depuis le début du mandat Trump : l’une des premières décisions présidentielles a été un décret gelant les embauches dans les différentes agences gouvernementales. 350 postes sont toujours vacants à l’EPA, dont plus de 100 postes scientifiques.

Alexandra Saviana   12 août 2017

http://www.lejdd.fr/

Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez-vous poster un commentaire.

Rocutozig |
Tysniq |
Connorwyatt120 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Rafredipen
| Agirensemblespourpierrevert
| Buradownchin