13 avril 2017 ~ 0 Commentaire

merci qui? (challenges)

Résultat de recherche d'images pour "blitzwolf tex avery gif"

La chute de Marine Le Pen dans les sondages: le résultat d’une campagne ratée

Au fil des semaines, les intentions de vote dans les sondages s’effritent en faveur de Marine Le Pen. La candidate du FN paye le prix d’une campagne ratée, des affaires et du missile envoyé par Poutou dans le grand débat des candidats. La candidate du FN paye le prix d’une campagne ratée, des affaires et du missile envoyé par Poutou dans le grand débat des candidats.

Philippe Poutou est peut-être l’arme de destruction massive de la famille Le Pen recherchée depuis tant d’années.

Depuis que l’homme du NPA s’est livré à une attaque en règle contre Marine Le Pen (et François Fillon) lors du débat des 11 candidats, cette dernière continue de plonger, lentement mais surement, dans les sondages d’intention de vote. L’érosion est lente, mais elle est réelle. Estimée en capacité d’obtenir 27/28% des voix il y a un mois, Marine Le Pen est tombée dans les 22/23% aujourd’hui… C’est le socle disent les spécialistes… Le socle, rien que le socle, mais tout le socle. Et c’est à la fois beaucoup et bien peu…

A la fin du mois de janvier, quand Marine Le Pen est entrée réellement en campagne, après des mois de diète médiatique volontaire, il était dit et écrit par bien des observateurs que la campagne de la candidate FN, définitivement déconnectée de son père et ses outrances, gaullisée par Florian Philippot, s’en irait vers un premier tour qui consacrerait le triomphe mariniste. Il en est même qui auguraient d’un score flirtant, voire passant les 30%. Or, le constat est là, qui s’impose à tous.

A dix jours du 23 avril, Marine Le Pen en est loin.

C’est que la campagne de Marine Le Pen est médiocre. Elle n’inspire ni envie, ni élan. La fille de Jean-Marie rabâche les éternels argumentaires du Front National, mais elle ne surprend pas. Et l’immigration. Et encore l’immigration. Et toujours l’immigration. Osons ici avancer une idée révolutionnaire: il est possible que les Français soient avertis que l’origine des problèmes qu’ils rencontrent dans leur quotidien ne soient pas tous liés à la seule cause de l’immigration.

Le grand mensonge lepéniste

En outre, il apparaît de manière de plus en plus patente que le programme économique et social du Front National continue d’être perçu comme peu crédible, voire dangereux. Sortir de l’Europe. Abandonner l’Euro. Il n’est que les électeurs les moins avertis des complexités du monde pour gober le grand mensonge lepéniste visant à convaincre que l’enfermement et le repli sur un marché national étriqué seraient de nature à redonner du travail à l’ensemble de la population.

Le projet de Marine Le Pen inquiète. Selon une étude menée par Elabe pour BFMTV, seuls 13% des Français estiment que la candidate FN a le meilleur projet pour la France (21% Macron, 18% Mélenchon, 17% Fillon). Ce qui revient à constater que son propre électorat, en grande partie, ne la juge pas crédible… Demeurons un instant sur les révélations du sondage Elabe, qui disent la réalité de tous les handicaps qui affectent aujourd’hui Marine Le Pen.

Ils ne sont que 16% des Français à juger que Marine Le Pen incarne le mieux le changement (24% Mélenchon, 23% Macron) de même qu’ils ne sont que 12% à déclarer qu’elle « comprend les problèmes des gens comme vous » (Mélenchon 21%, Poutou et Macron 12%, Fillon 11%)… Tout indique que la candidate du peuple ne parle pas au peuple, et que ce dernier, dans son ensemble, y compris au sein de son électorat, la juge finalement peu en phase avec ses difficultés. Ne nous y trompons pas. C’est ici sans doute que le coup porté par Philippe Poutou lors du débat des 11 a été d’une redoutable pertinence.

Électrochoc sur l’opinion

Le champion du NPA a dit ce soir-là ce que les autres candidats n’osaient dire et qu’une partie de la France désirait entendre. A savoir que, comme François Fillon, Marine Le Pen était une profiteuse du système et qu’elle prenait ses aises avec la justice en usant de son immunité parlementaire pour se soustraire à la convocation des juges désireux de l’entendre dans le cadre de l’affaire des assistants parlementaires européens du FN.

L’immunité ouvrière, inexistante, brandie contre l’immunité parlementaire, bien réelle, a agi comme un électrochoc sur l’opinion…

Qui en a tiré la conclusion. Marine Le Pen l’anti-système est en fait dans le système, et elle en profite comme les autres… Depuis, Marine Le Pen baisse, baisse, baisse… Le missile Poutou, efficacité garantie. D’où notre hypothèse: il se peut que l’affaire des assistants du Parlement européen ait infusé dans l’opinion, de manière invisible, quand bien même son traitement médiatique a été bien moindre que celui des affaires affectant François Fillon…

Si l’on ajoute à cette semaine initiée par l’effet désastreux du débat à 11 et l’absence de répar- tie adaptée au candidat du NPA, la polémique sur la rafle du Vel d’hiv, qui a ramené Marine Le Pen à l’héritage du père, annihilant en 24 heures dix ans de labeur politique, médiatique, intellectuel et culturel pour que l’image de la candidate et de son parti ne soit plus associés à Pétain, Vichy, le maréchalisme, la collaboration et les chambres à gaz, point de détail de l’histoire de la seconde guerre mondiale, l’on dispose alors de l’ensemble des éléments qui expliquent que Marine Le Pen apparaît comme vieillie, usée et fatiguée à dix jours du fatidique premier tour.

Le fantôme Jean-Marie

Marine Le Pen est rattrapé par le fantôme Jean-Marie Le Pen. En dépit de ses efforts pour se travestir en candidate populaire post-gaullienne, elle demeure encore et toujours une Le Pen, dépositaire de la marque Le Pen, inquiétante et menaçante. Un dernier coup d’œil sur le sondage Elabe en atteste.

Seuls 13% des Français la jugent dotée des capacités nécessaires pour être président (24% Macron, 21% Fillon, 18% Mélenchon, 7% Hamon). Des cinq grands candidats, elle est la seule dont la « présidentiabilité » ne soit pas en adéquation avec les intentions de vote mesurées par sondages en vue du premier tour. Comme si une moitié de son électorat ne se faisait aucune illusion sur sa compétence. Tout est dit.

Au fond, Marine Le Pen est comme son père.

Elle est tout à la fois son propre succès et sa propre limite. Elle découvre que l’on ne peut pas conquérir les électeurs en faisant peur avec soi-même. Personne n’a envie de voir Belzébuth à l’Elysée.

13.04.2017

https://www.challenges.fr/

Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez-vous poster un commentaire.

Rocutozig |
Tysniq |
Connorwyatt120 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Rafredipen
| Agirensemblespourpierrevert
| Buradownchin