31 mars 2017 ~ 0 Commentaire

poll tax (psl)

poll tax

Londres le 30 mars 1990

Comment Thatcher a-t-elle pu être renversée? Retour sur la lutte contre la Poll Tax.

La lutte contre la Poll Tax s’est soldée par une splendide victoire qui a humilié et vaincu Thatcher et l’a même balayée dans les poubelles de l’Histoire. Ironiquement, c’est par l’absence de direction, voir même le sabotage, de la part du Labour Party (Parti Travailliste)  et des directions syndicales, que cette lutte a été victorieuse.

La bataille de la Poll Tax fut préparée par toute la période précédente, pendant laquelle cha- que camp a testé ses forces dans la lutte, et plus particulièrement durant la campagne de Liverpool entre 1983 et 1987. Cette victoire n’aurait pas été possible sans les événements survenus à Liverpool, grande répétition du conflit autour de la Poll Tax. Le conseil municipal de Liverpool, a d’abord humilié et finalement défait Thatcher, la forçant à battre en retraite en 1984. L’héroïque combat de la ville de Liverpool s’est logé dans la conscience des couches les plus avancées de la classe ouvrière.

« La grande majorité [des Britanniques] sont opposés à la Poll Tax, mais les dirigeants du Labour ont fait comprendre que cette lutte serait limitée au parlement. Mais ce gouvernement n’écoute pas les discours parlementaires. C’est seulement en mobilisant une lutte de masse, comme à Liverpool, que le mouvement ouvrier pourra forcer « la dame de fer » à reculer. Les conseils écossais ont le même choix qu’à Liverpool : ou bien ils peuvent se déshonorer en implantant la Poll Tax, ou bien, comme à Liverpool, ils peuvent dire « non », refuser de la collecter et appeler à une grève générale d’un jour. Autrement, ils peuvent aussi bien démissionner. Il y a une situation explosive qui se développe dans les quartiers. Le gouvernement a commis une grosse erreur. «   [Militant, 12 février 1988]

La grosse erreur de Thatcher

Nous avons compris dès le début que Thatcher avait fait une erreur fondamentale. Elle avait abandonné sa « tactique de saucissonnage » : s’en prendre à une partie de la classe ouvrière tout en tentant d’amadouer les autres, comme le gouvernement conservateur avait agi contre les mineurs et, bien sûr, contre Liverpool. Cette fois-ci, elle avait décidé de s’attaquer à la grande majorité du peuple britannique en même temps.

Après la victoire des conservateurs aux législatives de 1987, Militant titrait le 7 juillet : « Poll Tax le pillage des conservateurs ». Une des conséquences des élections de 1987 fut de réduire la représentation des conservateurs Ecossais à Westminster au point que tous leurs parlemen-taires puissent entrer dans deux taxis (Actuellement il n’y en a plus Note du Blog) ! Thatcher avait planifié sa vengeance en introduisant la Poll Tax d’abord en Écosse.

A ce stade, Thatcher vantait la Poll Tax comme « le vaisseau amiral » de son gouvernement. Nous écrivions dans le Militant [29 juillet 1988] : « le Titanic était le « vaisseau amiral » de la marine marchande britannique et était considéré comme étant insubmersible avant qu’il ne rencontre un iceberg ! Aujourd’hui, les Tories vont entrer en collision avec un obstacle bien plus formidable : la classe ouvrière écossaise en colère et mobilisée, et juste après, leurs homologues Anglais et Gallois ! Avec une direction claire, le mouvement ouvrier peut couler le vaisseau amiral conservateur sans qu’il ne laisse ensuite de trace. Quand le vaisseau amiral coule, l’Amiral coule avec lui ou est viré. »

Ces mots furent véritablement prophétiques, et ce fut le cas 4 ans plus tard. Avec la Poll Tax, Thatcher a réussi à faire ce dont les Travaillistes et les directions syndicales avaient été incapables pendant les 9 années précédentes : unir et généraliser les luttes de la classe ouvrière contre le gouvernement. Auparavant, elle avait fait très attention à ne pas s’en prendre à l’ensemble de la classe ouvrière ou à ne pas mener l’offensive sur deux fronts en même temps. Mais la Poll Tax a affecté les jeunes comme les vieux, les travailleurs comme les chômeurs, les malades et les handicapés, les locataires et les propriétaires, aussi bien que les Noirs et les Asiatiques. Tous, sauf les riches et la classe moyenne supérieures, étaient frappés par la Poll Tax.

L’autre erreur fatale commise par Thatcher et ses ministres fut de considérer que la position de passivité adoptée par les dirigeants travaillistes était un fidèle reflet de la réaction de la base des travailleurs. A ce stade, nous en étions encore dans l’idée que le mouvement travailliste officiel pouvait être convaincu d’entrer en action contre la Poll Tax ; malgré la chasse aux sorcières vicieuse contre les dirigeants de Militant et les persécutions des membres de Militant à Liverpool depuis 1985. Nous n’avions pas non plus abandonné l’espoir que les luttes de la classe ouvrière transformeraient le Labour Party en une direction de gauche pour la lutte. Le Labour était, en réalité, déjà irrécupérable à ce stade. Le New Labour a par la suite tellement tourné à droite que des dirigeants de droite de l’époque se sont retrouvés « à la gauche » du parti tout simplement sans changer de position !

On ne peut pas payer, on ne payera pas

« L’émeute de Trafalgar Square » a été décisive dans la défaite de la Poll Tax. Aussi importante qu’ait pu être cette « émeute », elle était plutôt symptomatique du sentiment anti-Poll Tax qui existait. C’est le non-paiement massif, qui constitua la réelle raison derrière la retraite de Thatcher et ses successeurs. La lutte contre la Poll Tax a objectivement été déterminée par le caractère général de l’attaque de Thatcher, contre la vaste majorité de la classe ouvrière.

L’Ecosse prend la tête du mouvement

Tout le monde paraissait opposé à la Poll Tax. Beaucoup ont même d’abord repris la revendi- cation «on ne peut pas payer, on ne paiera pas», y compris une partie du mouvement «offi- ciel» les syndicats, les parlementaires travaillistes, etc. Mais une fois qu’il était question de passer des paroles aux actes, alors ces forces se sont détachées du mouvement une à une.

La décision d’appliquer la taxe un an plus tôt en Ecosse a été perçue par le peuple écossais comme une sanction «coloniale» pour avoir osé défier Thatcher.

Le secrétaire d’Etat conservateur en Ecosse, Malcolm Rifkind aurait dit : « Quoiqu’il arrive, nous avons la mitrailleuse Maxim et eux non». Rifkind a démenti avoir dit cela, mais le peuple Ecossais n’en a pas été convaincu, ce qui a renforcé sa détermination.  Le sentiment révolutionnaire était plus fort en Ecosse qu’il ne l’était en Angleterre.

Thatcher, cependant, a attaqué sans considérations.

Militant a résumé la situation dans un article central le 29 juillet 1988 : « Le mastodonte Thatcher est aux portes de Glasgow et d’Edinbourg. Elle a l’intention d’écraser le mouvement ouvrier Ecossais et de piétiner ensuite la classe ouvrière Anglaise et Galloise. ». En raison de l’impopularité de la mesure, il y avait cependant de grands espoirs de persuader le mouve- ment, les syndicats et le Labour Party de se ranger derrière la lutte. Un mois auparavant, un parlementaire à la conférence du Labour Party en Ecosse avait déclaré : « il y a une armée qui attend d’être dirigée sur la route du non-paiement ».

Le jour où cette conférence a été ouverte, un sondage montrait que 42% des Ecossais étaient en faveur d’une campagne illégale de non-paiement de la Poll Tax.

Parmi les électeurs du Labour, le chiffre grimpait à 57%. La conférence a voté à deux contre un une résolution contre l’illégalité. C’était en divergence totale avec le sentiment de la grande majorité des délégués. Cependant, les dirigeants syndicaux ont voté en faveur de la direction écossaise du parti. Des meetings de masse dans les quartiers écossais ont démontré que les travailleurs attendaient du Labour qu’il prenne les devants. La fronde n’était pas uniquement issue d’Ecosse, mais aussi d’autres endroits de Grande Bretagne.

Toute la Grande Bretagne entre en lutte

En 1989, un million d’Ecossais ne payaient pas la Poll Tax. Même la presse capitaliste comme « Scotland on Sunday » estimait que 800.000 Ecossais ne payeraient pas, sur 3,9 millions de personnes concernées. C’était une très bonne démonstration de masse de « la propagande par l’action » ! Mais pas un murmure sur cette campagne n’apparaissait dans la presse en dehors de l’Ecosse. La campagne, même avant d’avoir atteint le reste de la Grande Bretagne, avait démontré le pouvoir de l’action des masses. Le reste de la Grande Bretagne est venu en aide aux combattants de la Poll Tax en Ecosse, laissant les directions officielles des syndicats et du Labour suspendus dans le vide. 20.000 personnes sont descendues dans les rues de Glasgow contre la taxe injuste de Thatcher.

Cela fut suivi d’une manifestation de masse à Manchester, formellement organisé par le TUC, mais dans les faits reprise en main par les manifestants anti-Poll Tax. Le million de per- sonnes qui refusait de payer la Poll Tax en Ecosse préparait une campagne colossale en An- gleterre et au Pays de Galles. La première manifestation à Londres n’a réuni que 200 per- sonnes, et fut organisée à Waltham Forest, avec dans ses rangs un cortège de fans du Foot- ball Club de Leyton Orient. Dave Nellist déclarait en juillet 1989: «Des millions de personnes en Angleterre et au Pays de Galles ne seront pas capables de payer la Poll Tax et que des millions de plus ne le veulent pas… »

Mais la direction du Labour résistait encore à l’action concrète, concentrant tous ses « espoirs »  mais pas ceux de la classe ouvrière, dans les élections générales où ils comptaient évincer les Tories.

Une déferlante d’actions

Au début de l’année 1990, Militant titrait « détruisons la Poll Tax », avec un appel à la All-Britain Anti-Poll Tax Federation à « une manifestation de masse le 31 mars ». 35 millions de person-b nes allaient recevoir leurs notes pour payer la Poll Tax en Angleterre et au Pays de Galles le 1er avril. Les premiers mois de l’année ont vu une déferlante de manifestations de masse balayer les villes et villages auparavant endormis du Sud de l’Angleterre. Pratiquement tout le Sud était affecté d’une façon ou d’une autre par des manifestations contre la Poll Tax en février et en mars, Bristol, Norwich, Maidenhead, Weston-Super-Mare, Exeter, Gillingham et Birmingham connaissaient également des manifestations.

La manifestation du 31 mars et la démission de Thatcher

Cela plante le décor de la manifestation de masse du 31 mars 1990. La manifestation en Ecosse s’est déroulée pacifiquement, ce qui n’a pas été le cas à Londres. La responsabilité en incombe strictement au gouvernement et à la police. La manifestation est devenue le para- tonnerre de tous les éléments de la société mécontents et assoiffés de revanche contre Thatcher : Les SDF, les jeunes chômeurs, les opprimés et les indigents, les mineurs comme les imprimeurs, et tous ceux qui avaient senti Thatcher leur marcher sur les pieds.

Cependant, le défilé était complétement pacifique, comme un début de carnaval. Au moment où la tête du cortège est arrivée à Trafalgar Square, il y avait eu une seule arrestation. Le Square fut bientôt rempli au maximum et la queue du cortège n’avait pas encore quitté Kennington Park !

« L’émeute » de la manif du 31 mars était l’un des évènements les plus importants de l’Histoire du mouvement ouvrier au 20ème siècle.

En elle-même, elle n’en a pas fini avec la Poll Tax de Thatcher. L’honneur de cet accomplisse- ment appartient à l’armée de 18 millions de personnes qui ont refusé de payer et qui ont fusionné en une force imbattable. Mais ces manifestations puissantes du 31 mars étaient l’expression visible et spectaculaire, pour la classe dirigeante britannique et pour le monde, de l’échelle de l’opposition à la Poll Tax et de la haine bouillonnante contre Thatcher et son gouvernement. Cela a marqué le début de la fin pour Thatcher elle-même.

Un jeune de 19 ans qui manifestait pour la première fois refléte l’état d’esprit : «J’espère que dans 20 ans, je pourrais regarder derrière moi et être fier d’avoir été l’enfant d’une révolution mondiale et dire à mes enfants : « j’étais là, j’ai vu ce qu’il s’est passé, j’ai vu Thatcher tomber ! » Il aura encore fallu attendre pour que la première partie de sa prédiction se réalise mais Thatcher est effectivement tombée et ce n’était pas grâce au TUC ni à la direction officielle du Labour. Mais la manifestation du 31 mars seule n’aurait pas suffi à faire plier le gouvernement ni à faire reculer Thatcher.

Il a fallu pour cela une très longue campagne de non-paiement, où 18 millions de personnes ont refusé de payer.

Elle s’est accompagnée de grèves, des travailleurs du public de Glasgow notamment. Les tribunaux de la Poll Tax ont frappé pour la première fois en Angleterre sur l’Ile de Wight. La Cour a prononcé 1800 sentences pour non-paiement !  La « guérilla » sociale se déployait, et c’était pour durer. Menacée par la campagne du non-paiement, Thatcher a été forcée de quitter son poste et ses héritiers au gouvernement de John Major ont dû supprimer la Poll Tax.

Mais ce n’est pas sans que des méthodes brutales aient été utilisées avec l’emprisonnement des dirigeants du mouvement. Bien qu’officiellement morte, la Poll Tax n’était toutefois pas encore enterrée. En effet, 8 mois plus tard, des non-payeurs étaient encore poursuivis pour les arriérés. 117 personnes ont été emprisonnées avant novembre 1991 par 40 conseils, dont 26 contrôlés par le Labour. Au moins 10 retraités ont reçu des sentences d’un total cumulé de 366 jours et 10 femmes ont été emprisonnées.

La fin officielle de la Poll Tax avait en fait mené plus de personnes à refuser de payer. Sans cette lutte, elle existerait probablement encore. C’était le soulèvement de masse qui a conduit à cette défaite de Thatcher. Nous devons en tirer les leçons pour aujourd’hui, afin de nous préparer pour les batailles tumultueuses à venir.

27 juillet 2014

http://www.socialisme.be/

Commentaire: Article du PSL belge, membre du CIO comme le Militant (qui s’appelle actuellement Socialist Party).Article résumé, pour l’article entier suivre le lien. La branche écossaise de ce parti a donné notre parti frère le Scottish Socialist Party

Socialist Party Wikipedia

Comité pour une Internationale ouvrière

Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez-vous poster un commentaire.

Rocutozig |
Tysniq |
Connorwyatt120 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Rafredipen
| Agirensemblespourpierrevert
| Buradownchin