24 novembre 2013 ~ 0 Commentaire

Morlaix, Lorient, St Brieuc: entre 8.000 et 10.000 manifestants en Bretagne (lt)

unnsssqamed

Jour de manifestation pour un pacte social en Bretagne

Des défilés ont réuni ce matin et cet après-midi des manifestants dans quatre villes : Saint-Brieuc, Morlaix, Rennes et Lorient. Ces défilés ont réuni entre 8 et 10.000 manifestants. Des actions plus sporadiques, menées par d’autres entités, des Bonnets rouges notamment, sont venues s’ajouter au mouvement initial

18H30. L’heure des comptes Entre 8.000 et 10.000 personnes ont battu le pavé ce samedi en Bretagne, une mobilisation inférieure à celles des « Bonnets Rouges » début novembre à Quimper, alors que les syndicats espéraient reprendre la main en exigeant des mesures sociales dans le « Pacte d’avenir » lancé par l’Etat. Répartis entre Rennes (Ille-et-Vilaine), Lorient (Morbihan), Saint-Brieuc (Côtes-d’Armor) et Morlaix (Finistère), les manifestants n’ont pas réussi à égaler en nombre les 15.000 à 30.000 personnes réunies le 2 novembre à Quimper sous la bannière du collectif « Vivre, décider et travailler en Bretagne ».

17H00. La manifestation morlaisienne se disperse dans le calme

16H29. 3.000 manifestants et l’habituelle guerre des chiffres 5.000 manifestants selon les organisateurs, 2.500 selon les autorités et 3.000 selon nos propres estimations : le défilé de Morlaix est aussi important que celui qui s’est tenu à Rennes ce matin.

15H39. Le cortège s’élance vers le centre-ville Ils sont désormais 2.000 armés de banderoles et de drapeaux dans un défilé qui s’étire vers la mairie.

15H30. Début du discours de Frédéric Huon, CFDT Ils sont désormais 1.500 massés place Puyo et il revient à Frédéric Huon de la CFDT d’ouvrir la manifestation. Christian Troadec s’est vu interpellé par un militant CFE-CGC qui trouve « irrespecteuse » sa participation au mouve- ment. Philippe Poutou, NPA, est également de la partie.

15H10. Christian Troadec était dans le cortège de Lorient et est arrivé à Morlaix
« Je n’ai pas quitté le cortège à Lorient. J’ai participé à la manifestation jusqu’à la fin. Il y a bien eu des insultes et des quolibets en début de cortège mais j’ai aussi discuté avec des personnes qui viendront à la manifestation du 30 novembre à Carhaix », tient à préciser Christian Troadec. Le porte-parole du collectif « Vivre, décider et travailler en Bretagne » a rejoint Morlaix en début d’après-midi. Il était dans le cortège vers 15 h.

14H45. 700 à 800 manifestants dans le calme place Puyo Pas de bonnets rouges,ni de Christian Troadec place Puyo à Morlaix où 700 à 800 personnes ont convergé. Parmi elles, Thierry Lepaon, secrétaire fédéral de la CGT.  

14 h 30. 300 personnes convergent vers la place Puyo A Morlaix, trente minutes avant le depart officiel du cortège quelque 300 personnes convergent vers la place Puyo avec banderolles et drapeaux.

13H00. Le centre-ville de Morlaix bloqué Jusqu’ici la mobilisation est assez faible en Bretagne. 800 personnes à Saint-Brieuc, entre 1.100 et 2.500 à Lorient et entre 2.000 et 4.000 à Rennes, selon les sources. Le rassemblement prévu à Morlaix va-t-il donner de l’épaisseur à cette journée de manifestation pour un pacte social initié par la majorité des syndicats ? Réponse dans les minutes à venir. Le centre-ville de Morlaix est d’ores-et-déjà bloqué. La manifestation doit débuter à 15 h.

12H25. Entre 1.100 et 2.500 manifestants à Lorient Selon les estimations syndicales entre 2.000 et 2.500 personnes ont participé à la manifestation de Lorient. La police n’en a compté que 1.100. La manifestation est terminée. Thierry Lepaon, leader de la CGT, a annoncé qu’il serait présent cet après-midi à Morlaix.


12H15. Lorient : Christian Troadec rebrousse chemin
Le maire de Carhaix et porte-parole du collectif « Vivre, décider et travailler en Bretagne », Christian Troadec, était bien présent ce matin à Lorient. Sa présence a été remarquée par les médias mais aussi par les représentants syndicaux qui lui ont fait comprendre qu’il n’était pas forcément le bienvenu à cette manifestation. Christian Troadec a donc quitté le cortège avant le début du défilé.

12H00. Saint-Brieuc : une partie des manifestants sera à Morlaix dans l’après-midi
Les représentants syndicaux et les plus motivées des 800 manifestants décomptés ce samedi matin à Saint-Brieuc poursuivront leur journée d’opposition à Morlaix où une nouvelle mobilisation est prévue à partir de 15 h.
11H45. Très faible mobilisation près des portiques Les forces de l’ordre ont déployé un important dispositif à proximité des portiques de Montauban et de Plélan-le-Grand. Les services de la Diro avaient prévu de mettre en place des déviaitions sur les RN12 et RN24. Pour l’instant, pas besoin. A Montauban, une vingtaine de manifestants sont réunis sur un pont enjambant la voie express sous l’oeil attentif d’une centaine de gendarmes mobiles.

11H30. Plus d’un millier de personnes à Lorient Forte mobilisation à Lorient pour le pacte social souhaité par les syndicats. Plus d’un millier de manifestants sont réunis derrière les leaders de la CGT, Thierry Lepaon, et de la CFDT, Laurent Berger, qui ont pris la tête du cortège. Christian Troadec, le maire de Carhaix et porte-parole du collectif pour le maintien de l’emploi en Bretagne, serait également présent.

11H00. Quelques centaines de manifestants à Saint-Brieuc Les forces de l’ordre s’attendaient à accueillir jusqu’à 4.000 manifestants ce samedi à Saint-Brieuc. Ce chiffre ne devrait pas être atteint. Au départ du cortège, 800 personnes, selon nos constatations, étaient réunies place de la Liberté.

10H50. Montauban : plus de gendarmes que de manifestants On circule toujours sur la RN12 au niveau du portique de Montauban. Une quinzaine de manifestants sont actuellement positionné à proximité de la structure gardée… par plusieurs dizaines de gendarmes mobiles. Les déviations sont prêtes à être mises en place (voir carte).

10H30. Montauban : important dispositif de gendarmerie Actuellement sur la RN12, en prévision d’une manifestation, un important dispositif de gendarmerie est deployé entre les communes de Pleumeleuc et de Saint Jouan de l’isle. En amont, en aval et surtout au niveau du portique ecotaxe de Montauban, 20 fourgons de gendarmes sont stationnés. Plusieurs véhicules de la Diro sont aussi garés au niveau des glissières de sécurite centrale en protection.

10H. Rennes : FO en tête de cortège La manifestation pour le pacte social à Rennes doit débuter à 10 h 30. Première surprise : des représentants de FO, qui ne soutient pas le message porté par les autres syndicats, sont présents. Ils ne vont pas manifester pour un pacte social mais pour la sauvegarde de l’emploi en Bretagne. Et veulent prendre la tête du cortège.

9H30. Deux actions prévus sous les portiques Les forces de l’ordre et les services techniques s’attendent à deux manifestations sous les portiques de Montauban (RN12) et de Plélan-le-Grand (RN24). Perturbations à prévoir sur les routes. Les conseils de Bison fûté.

9H00. Quatre manifestations programmées en Bretagne Les syndicats ont prévu quatre manifestations ce samedi en Bretagne. Voici les informations pratiques, ville par ville. 23 novembre 2013 à 18h42

http://www.letelegramme.fr/ig/generales/regions/bretagne/manifestations-en-bretagne-direct-deux-actions-prevues-sous-les-portiques-23-11-2013-2313419.php

Lorient, pacte social, « Nous le revendiquons sans casser ! »

24 novembre 2013 à 10h00

A l’appel de sept organisations syndicales (1), près de 2.000 personnes ont défilé dans les rues du centre-ville, hier matin, en faveur d’un pacte social et environnemental pour la Bretagne.

Morlaix, Lorient, St Brieuc: entre 8.000 et 10.000 manifestants en Bretagne (lt) dans Luttes sociales en Bretagne empty

Faible participation à l’échelle du département.  Les organisations syndicales s’attendaient sans nul doute à une plus forte mobilisation, hier matin à Lorient. Le front intersyndical – boudé seulement par FO – misait sur ce rassemblement unique dans le Morbihan pour donner un large écho à la contre-offensive organisée contre le mouvement des bonnets rouges qualifié « de populiste et d’hétéroclite ». Mais à l’heure des comptes, les organisateurs annonçaient 2.500 participants quand la police en dénombrait 1.100. Deux estimations éloignées des attentes initiales.

Une manifestation très médiatique. Les chaînes de télévision et les radios nationales se sont déplacées en nombre à Lorient. La raison de cet intérêt ? La présence, côte à côte dans le cortège, de Thierry Lepaon et Laurent Berger, les secrétaires nationaux de la CGT et de la CFDT. Ces projecteurs braqués sur les leaders des deux grandes centrales syndicales ont fait de l’ombre aux autres organisations syndicales. « Pensez à réaliser un plan large ! Ce serait bien pour l’intersyndicale », s’est exclamé l’un des responsables locaux de Solidaires à l’intention des cameramen.

Un bonnet rouge dans le cortège.  Bonnet rouge sur la tête et drapeau de la CFDT à la main, ce salarié d’Ebrex ne s’est pas trompé de manifestation. « Désolé, je n’ai qu’un seul bonnet mais je l’avais avant ce mouvement ! Je crois encore à la force syndicale et non à celle des patrons. D’ailleurs, le mien ne me connaît toujours pas après plus de dix ans d’ancienneté », témoigne Éric. « Je suis inquiet pour nos emplois et l’avenir de nos enfants. D’autant qu’on est situé à la pointe de l’Europe. Pour moi, la crise, ce n’est pas des discours ou des articles, c’est une réalité. Ma femme est employée chez Daily France où plane la menace d’un plan de licenciement. Et le site de Brandérion où je travaille doit fermer. Les reclassements promis ne sont encore que des promesses. Et mon beau-frère est au chômage ! Notre avenir est incertain alors qu’on vient d’emménager dans notre maison. On a mis trois ans pour la construire ».

http://lorient.letelegramme.fr/local/morbihan/lorient/ville/pacte-social-nous-le-revendiquons-sans-casser-24-11-2013-2313904.php

St Brieuc, emploi, 800 manifestants pour un pacte social breton

Elle était très attendue et faisait figure de test pour des syndicats totalement dépassés par la révolte des Bonnets rouges.

Hier matin, la manifestation réclamant la création d’un pacte social breton a attiré 800 personnes en ville. Contexte économique très difficile, licenciements en série, colère, désespoir… Ces derniers jours, dans les rangs des policiers briochins, il se disait que cette manifestation intersyndicale de défense de l’emploi en Bretagne était susceptible d’attirer plusieurs milliers de personnes en ville. Il n’en a finalement rien été. Hier, à 10 h 30, heure prévue de rassemblement place de la Liberté, on s’est vite rendu compte que la mobilisation ne serait pas à la hauteur des espérances des syndicats, qui affichaient pourtant, et c’est de plus en plus rare, un front uni. Ou presque. CFDT, CFE-CGC, CFTC, CGT, FSU, Solidaires, Unsa… Dans ce tableau multicolore, où avaient également pris place des militants de différents mouvements politiques, seule Force ouvrière brillait par son absence. Un seul être vous manque…
Motivés mais peu nombreux  Lorsque le cortège s’est mis en branle, derrière la banderole « Pour nos emplois, pour nos territoires : un pacte social pour la Bretagne », on comptait tout de même plusieurs centaines de personnes, drapeaux à la main. 800 exactement. Loin d’être résignées. Et qui se sont époumonées : « Les jeunes dans la galère, les vieux dans la misère. On n’en veut pas, de cette société-là ». Insuffisant toutefois, pour pouvoir faire pression sur quiconque, admettait à demi-mot une militante CFDT dans son micro. « On a été nuls. On a trop tardé à réagir, laissant le temps aux Bonnets rouges, qu’ils soient vrais ou faux, de s’engouffrer dans la brèche », soufflait quant à lui un représentant de Solidaires, à la fois déçu et soucieux de défendre le rôle des syndicats.

Un train de retard  Si ces derniers ont dénoncé « les discours et postures réactionnaires » et réaffirmé leur « refus de la violence, du vandalisme et de la destruction de biens publics », ils semblent toutefois avoir pris un train de retard sur la gronde bretonne. « Nous ne sommes pas très nombreux, confessait un adhérent de la CFE-CGC. Mais 1.500 c’est pas mal quand on sait qu’il y avait deux autres manifestations à la même heure à Rennes et Lorient. Plus une autre à Morlaix dans l’après-midi. » C’est une explication, certes. Mais cette femme croisée rue du 71e-RI, point d’arrivée de la manifestation, en avait une autre. « Ces gens-là ne représentent plus personne. Et ils jouent avec les chiffres pour faire croire le contraire. Moi, c’est à Carhaix que je manifesterai, le 30 novembre. » Et d’assurer que ce jour-là, ils seront nombreux. « Bien plus que 800 ou 1.500 ». Gwendal Hameury

http://saint-brieuc.letelegramme.fr/local/cotes-d-armor/saint-brieuc/ville/emploi-800-manifestants-pour-un-pacte-social-breton-24-11-2013-2313748.php

Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez-vous poster un commentaire.

Rocutozig |
Tysniq |
Connorwyatt120 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Rafredipen
| Agirensemblespourpierrevert
| Buradownchin