30 septembre 2013 ~ 0 Commentaire

« Dehors les Gitans ! » (CI)

Dessin de Mix et Remix (Le Matin)Dessin de Mix et Remix (Le Matin)
En adoptant un discours qui n’est pas le leur au sujet des Roms, les socialistes français touchent le fond, juge El Pais.
L’essor de l’extrême droite dans l’Union européenne excite les peurs des partis traditionnels, qui semblent rivaliser pour reprendre ses thèmes favoris. Il y a trois ans, la minorité rom de Roumanie avait été stigmatisée par le président Nicolas Sarkozy : leurs campements avaient alors été démantelés et des milliers d’entre eux avaient été expulsés du territoire français.Les socialistes avaient promis d’agir différemment, mais ils n’ont pas trouvé les moyens d’y parvenir après leur victoire électorale. Pour finir, c’est le ministre de l’Intérieur, Manuel Valls, qui a expliqué la marche à suivre : il suffit de démanteler les campements de Roms et de les expulser du territoire français. Il donne ainsi raison à ceux qui pensent que le socialisme bat sérieusement de l’aile en raison de sa tendance à embrasser les idées des autres. En tout état de cause, le sort réservé à cette minorité se jouera au début de l’année prochaine. En effet, l’humeur des Français se mesurera à deux baromètres : celui des élections municipales et celui des européennes.

Une communauté montrée du doigt Manuel Valls, de père espagnol et de mère helvético-italienne, est l’un des durs du Parti socialiste. Plusieurs de ses amis socialistes s’alarment, au même titre que la Commission européenne : si le pays des libertés républicaines (et deuxième économie de la zone euro) ne peut pas intégrer une minorité européenne ou lui interdit l’entrée pour des raisons ethniques, cela signifie que la liberté de circulation ne sera pas seule menacée.

Entre 15 000 et 20 000 Roumains de la communauté montrée du doigt vivent en France, la plupart dans des campements sauvages à la périphérie des grandes villes. Des maires ou des aspirants maires les accusent de délinquance. Bien souvent, on leur refuse la scolarisation de leurs enfants pour pouvoir mieux les expulser. Un certain nombre de ces enfants volent les Français et les touristes ; les familles sont expulsées, mais elles reviennent, et le cercle vicieux se perpétue.

Il y a quelques mois, Manuels Valls se disait préoccupé – dans des déclarations à El País – par le rejet grandissant des immigrés musulmans. Maintenant, il justifie l’expulsion des Tsiganes roumains, car il lui paraît « illusoire » d’essayer de les intégrer. Ce qui circule librement aujourd’hui, c’est la peur, tandis que les politiques ne se sortent pas de leurs petits calculs.  El País  Editorial 30 Septembre 2013

Laisser un commentaire

Vous devez être Identifiez-vous poster un commentaire.

Rocutozig |
Tysniq |
Connorwyatt120 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Rafredipen
| Agirensemblespourpierrevert
| Buradownchin