Nouveau Parti Anticapitaliste 29

Npa29 Expression des comités Npa: Pays Bigouden, Brest, Carhaix-Kreiz Breizh, Châteaulin, Presqu'île de Crozon, Morlaix, Quimper, et Quimperlé. Seuls les articles signés "Npa" engagent le parti.

04 décembre 2016 ~ 0 Commentaire

saint mars la jaille (l’éclaireur)

manifestants-hopital-SUD

Les employés de la maison de retraite en grève

Mardi 29 novembre, les employés de la maison de retraite de Saint-Mars-la-Jaille étaient en grève.

Mardi dernier, la quasi-totalité des employés de la maison de retraite de Saint-Mars-la-Jaille s’est mis en grève pour 24 h afin d’obtenir une revalorisation de salaire. Mouvement très suivi puisque 90% du personnel ont adhéré à ce mouvement de grève initié par la CGT. Aides-soignantes, personnel d’entretien, veilleuses de nuit, infirmières, ergothérapeute, tous revendiquent une part du gâteau à la veille de rentrer dans le nouvel établissement qui sera effective en janvier 2017.Christelle Richard, déléguée du personnel et déléguée syndicale à la CGT a pris la tête du mouvement en expliquant que « les salaires sont gelés depuis 2010 alors que l’inflation continue de grimper ». Les négociations viennent de se terminer et leur demande de 3% d’augmentation a été une nouvelle fois refusée. Elle continue ses explications, « Le Smic est à 9,67€ et le salaire horaire d’une aide-soignante atteint 10,29€ ». Dans les rangs, on sent bien que le personnel est désabusé : « on manque de reconnaissance », « il faut être flexible, la nuit, le matin, le soir, en coupé, en week-end et les jours fériés », « on est épuisé ».

10 arrêts maladie

Actuellement, 10 titulaires sont en arrêt maladie. « Des arrêts incessants avec des carences de 3 jours qui plombent les salaires » rajoute la déléguée syndicale. Le personnel a décidé ce jour de grève sur 24 h « afin que les veilleuses de nuit puissent aussi s’exprimer » dit Christelle Richard. « En janvier 2017, il y aura une nouvelle structure, avec une hausse du prix de journée pour les résidents, une surcharge de travail pour le personnel… mais qu’avons-nous en contrepartie ? ».

Joint par téléphone, Vincent Slavic, directeur de la résidence de la Garenne, explique : « Nous sommes dépendants des organismes de tutelle que sont l’ARS, l ’Agence régionale de santé), le conseil départemental et la Convention 51 dont nous sommes signataires. Ces 3 partenaires préconisent 0% d’augmentation pour l’année 2017.

Une augmentation de loyer de 5 € par jour

Aujourd’hui, nous sommes déjà à 1% supplémentaire de la valeur du point Fehap (point de référence utilisé pour les salaires) et ce point est gelé. D’autre part, concernant l’augmentation du loyer HLM en janvier prochain suite à notre déménagement, nous avons été autorisés à augmenter le prix de journée, passant de 49,14€ à 55,92€. C’est la seule augmentation et ce n’est que 5€.

Nous comprenons fort bien le mécontentement du personnel qui au demeurant fait très bien son travail mais nous sommes entre le marteau et l’enclume. On a mis en place il y a 3 ans des chèques-cadeaux pour pallier cette non-augmentation du point. Actuellement, nous réfléchis- sons à une prime supplémentaire dans la limite des possibilités financières de l’établissement ».  Il rajoute aussi « qu’effectivement la valeur du point n’a pas augmenté depuis 2010 mais le point à l’ancienneté, lui, suit l’évolution du palier ». Quant aux contrats en temps partiels nombreux, il explique que les « autorités de tutelles définissent un cadre par rapport au nombre de résidents et la nécessité d’un quota de personnel à certains moments de la journée plus opportuns ».

La journée de travail a été assurée uniquement par du personnel remplaçant. Christelle Richard était très satisfaite du suivi de cette grève qui montre « que les choses doivent changer ». Il n’est pas exclu que ce mouvement reprenne à un moment ultérieur qui nécessite le plein de personnel. Affaire à suivre.

.

44540 Saint-Mars-la-Jaille 01/12/2016 La Rédaction
.
http://www.leclaireurdechateaubriant.fr/

04 décembre 2016 ~ 0 Commentaire

muzillac (le télégramme)

manifestants-hopital-SUD
.
Suppressions de postes. Grève à l’Océane
.
La manifestation a rassemblé le personnel de la lingerie, les aides soignantes et les personnes de l’accueil de jour. Ce jeudi 1e r décembre, à 14 h, Cyril Lechevalier représentant de la section CFDT de la maison de retraite et Gilles Allioux, responsable CFDT des établissements de santé du Morbihan, ont été reçus par la direction de la résidence, afin de commencer les négociations, concernant les dix suppressions de postes contractuels prévus, et de discuter des conditions de travail suite à la récente fermeture du service hôtellerie.
.
Une trentaine de personnes ont manifesté à l’entrée de la résidence l’Océane.
.
Un questionnaire soumis au personnel À 16 h, les deux représentants syndicaux ont rejoint le groupe afin de relater le rendez-vous passé. « Un questionnaire va être soumis au personnel sur les conditions de travail et l’atmosphère social, sur les six mois à venir. Les employés répondront anonymement et en juin, un bilan sera publié. Des décisions en découleront ».
.
Les manifestants se sont dispersés mais restaient dans l’attente de la réunion du conseil d’administration. Celui-ci s’est déroulé à la suite, autour de Marie Thérèse Cabon présidente, de Jo Brohan, maire, de membres du conseil municipal siégeant, de Nadine Devéttor du trésor public de La Roche Bernard, de Catherine Riou du conseil départemental des organismes de santé, de Cédric Labbay représentant de l’ARS et des résidents membres. Un communiqué, droit de réponse, sera rendu vendredi 2 décembre.
.

04 décembre 2016 ~ 0 Commentaire

alep: stop au carnage! (ensemble, eelv, npa)

moscoutaires

 Les trois moscoutaires…

Rien n’est ignoré de ce qui est en cours à Alep.

Après des mois de siège et de bombardements – visant prioritairement hôpitaux, écoles, boulangeries, points d’eau, les troupes du régime, renforcées par des milices iraniennes, irakiennes, afghanes, et soutenues massivement par l’aviation russe, ont engagé l’offensive finale contre Alep-Est.

Pour écraser la rébellion et obliger la population à fuir et à capituler, tous les moyens sont utilisés : bombes au chlore, missiles, privation de tous moyens de survie… Des centaines de victimes, dont enfants, blessés, meurent chaque jour.

Ce sont là crimes de guerre, violation du droit international, une effrayante barbarie sans frein. De cela les ravages de long terme sont incommensurables.

Aucun gouvernement, aucun parti politique, aucun membre de la communauté humaine ne saurait s’exempter de sa part de responsabilité dans cette tragédie.

Il faut arrêter la main des bourreaux par une protestation générale de l’opinion publique. Il faut exiger l’arrêt immédiat des bombardements et des combats, pour permettre une aide humanitaire massive sous l’autorité de l’ONU et porter secours à la population d’Alep.

EELV Ensemble ! NPA

Voir aussi : Révolutions arabes

04 décembre 2016 ~ 0 Commentaire

les sons bretons (ouest france)

unnamed

Finistère. 500 teufeurs manifestent à Quimper ce samedi (Ouest France)

Saint-Brieuc : 12 000 à 15 000 teufeurs à l’ancien aérodrome (Ouest France)

04 décembre 2016 ~ 0 Commentaire

autriche (bastamag)

austrai

L’Autriche risque encore de se retrouver avec un président d’extrême droite

Le 4 décembre, les Autrichiens retournent aux urnes pour élire leur président de la Républi- que. C’est la seconde fois en six mois : le 22 mai dernier le candidat écologiste Alexander Van der Bellen l’avait emporté de justesse avec 50,3 % des voix. Son adversaire, le représentant du parti d’extrême droite FPÖ Norbert Hofer, a contesté le résultat devant la cour constitu- tionnelle autrichienne. Celle-ci a invalidé le vote pour cause d’irrégularités dans le dépouil- lement des bulletins par correspondance. D’où ce second scrutin. Une fois encore, le candidat d’extrême droite pourrait gagner.

« Ce qui est en cause dans la décisions de la cour constitutionnelle, ce ne sont pas des manipulations, mais des irrégularités dans la manière dont les votes par correspondance ont été dépouillés », souligne Alexandra Strickner, membre de la direction d’Attac Autriche, qui suit la campagne avec inquiétude. « Il y a de la part de Hofer une tentative de radicalisation du débat, avec des attaques ad hominem contre Van der Bellen ». Si la question migratoire n’a plus forcément autant d’importance que lors de la dernière campagne, l’élection de Donald Trump a donné des ailes au candidat d’extrême droite autrichien.

Le traité de libre-échange transatlantique Tafta constitue un autre sujet essentiel.

« La résistance face au Tafta et au Ceta est forte en Autriche, note Alexandra Strickner (voir notre article). Or, le gouvernement (de coalition entre sociaux-démocrates et conservateurs, ndlr) a décidé de soutenir ces traités. Norbert Hofer se présente donc comme la seule person- ne qui va s’opposer à ces traités. Van der Bellen a pris aussi position contre le Tafta, mais pas de manière aussi claire. »

Le président autrichien, s’il n’est pas le chef de l’exécutif comme en France, a tout de même le pouvoir de démettre le gouvernement, et de forcer ainsi l’organisation de nouvelles élections législatives. « Aucun des présidents n’a utilisé ce pouvoirs depuis l’après-guerre », précise la responsable d’Attac Autriche. Le candidat de l’extrême droite a déjà déclaré qu’il n’hésiterait pas à la faire s’il accédait au pouvoir, ouvrant ainsi une phase d’instabilité institutionnelle dans le pays.

http://www.bastamag.net/

04 décembre 2016 ~ 0 Commentaire

italie (bastamag)

italie (bastamag) dans A gauche du PS

Risques de dérive autoritaire, cure d’austérité, bilan de Matteo Renzi : les enjeux du référendum en Italie

C’est un référendum crucial pour Matteo Renzi, le président du conseil italien, qui se déroulera dimanche 4 décembre. Les citoyens sont appelés à se prononcer sur une réforme constitutionnelle. Le gouvernement met en avant une réduction des frais de fonctionnement des institutions, en particulier le Sénat. Les opposants pointent les pouvoirs renforcés de l’État central au détriment des régions, et craignent une dérive autoritaire. Des centaines de comités de citoyens se mobilisent, souhaitant distinguer leurs arguments de ceux de la droite, elle-aussi opposée à la réforme. Le référendum ouvrira-t-il la voie à un futur changement de majorité ?

Sandrine Lana 2 décembre 2016

Lire la suite

Cet article vous a intéressé ? Basta ! a besoin de ses lecteurs pour poursuivre son travail, faites un don.

04 décembre 2016 ~ 0 Commentaire

lannion (nuit debout)

lannion

Facebook

03 décembre 2016 ~ 0 Commentaire

casino de grâces (npa bégard)

cafet Casino

Thierry Pérennes, de la CGT, aux côtés des salariés de la cafétéria Casino.

Conférence de presse au siège de l’UL CGT Guingamp

Cafétéria Casino de Grâces : les salariés, le jour d’après (Ouest France)

Il fallait se battre, ne serait-ce que « pour l’estime de soi ». A Grâces, dans les Côtes-d’Armor, c’est en substance le regard que portent les ex-Casino sur le mois de lutte et de négociations qui s’achève. Alors que la cafétéria Casino de Grâces a définitivement fermé le 30 novembre, ses anciens salariés faisaient le point, le lendemain, sur ces trente jours de bras de fer et de négociation. Et sur ce qui les attend maintenant.

« On ne nous a même pas offert un pot de départ. »

La remarque est bien sûr ironique, mais la suivante est plus amère : après 15 ans, 20 ans, ou plus dans le groupe, « on ne nous a même pas regardés, on n’existait même plus. On ne nous a même pas dit au revoir. » Officiellement toujours salariés, sur les neuf employés du site, sept ont refusé les reclassements proposés. « Au total, on aura fait 12 jours de grève », comptent-ils. « On a repris le 13, pour une quinzaine de jours. » Deux ultimes semaines où les clients se sont faits rares, avant le baisser de rideau.

Et demain ?  « On ne sait pas, on nous a dit de ne plus venir au travail ». Ils sont toujours dans l’attente de leur convocation pour entretien préalable au licenciement. Après un délai de cinq jours ouvrables, viendra l’entretien lui-même. Et 15 jours de réflexion pour « entrer dans une cellule de reclassement qui sera ouverte pour nous ». Une proposition « intéressante » à laquelle ils réfléchissent, avec la possibilité d’une reconversion professionnelle. « Pour une durée de 9 mois, on toucherait 85 % de notre salaire, avec des primes si l’on trouve un CDD ou un CDI avant cela. »

« On nous prenait pour des idiots »

L’annonce de la fermeture, avec des propositions de reclassement au plus près à Lamballe, ou pire, à l’étranger, les avait pris de cours. « Ce qu’il y a, pour la Thaïlande, c’est qu’ils ne proposaient pas de période d’essai », plaisante l’une, « un mois pour voir je n’aurais pas dit non. »

L’humour, ils ne l’ont certainement pas perdu. Et on les sent plus soudés que jamais. Devant eux, c’est le grand inconnu : « On nous parle de formation, mais encore faudrait-il nous proposer les bonnes. Si c’est pour ne pas trouver de travail parce qu’on n’est pas assez mobiles ce n’est pas la peine. » Au final, ils admettent avoir obtenu une « réévaluation » de leurs « indemnités de licenciement, revues à la hausse » pour leurs « années d’ancienneté ». À l’heure des comptes, ils sont surtout heureux de s’en sortir la tête haute : « pour nous, la mobilisation, elle était importante pour l’estime de soi ». Une lutte âpre, où ils ont souvent douté mais sont restés soudés : « de toute évidence on nous prenait pour des idiots. On s’est dit : ’’il faut y aller, on existe après tout !’’ » VENDREDI 2 Décembre 2016

y-en-a-marre

Cafétéria Casino. « On a eu raison de se mobiliser » (Le Télégramme)

Hier, les salariés de la Cafétéria Casino, qui a fermé ses portes mercredi, se sont retrouvés à l’Union locale CGT pour faire un point sur leur situation. Et pour rappeler que leur mobilisation n’a pas été vaine.

« On ne nous a même pas regardés, on n’a même pas une notification écrite pour dire que l’on avait fini… ». C’est avec une certaine amertume que Nadia, l’une des salariés de la Cafétéria Casino, évoquait, hier dans les locaux de l’UL CGT, les conditions du départ des employés de l’entreprise mercredi.

Indemnités revues à la hausse

Elle ne regrette cependant en rien les douze jours de grève qui ont marqué ce mois de novembre. « Tout d’abord, on n’était pas d’accord de partir avec ce qu’on nous proposait. Ça suffit les grands groupes qui licencient à tout va comme ça ! On a eu raison de se mobiliser. C’était important pour nous aussi de dire que l’on existe. Et pour l’estime de soi afin de pouvoir partir la tête haute ».

Il leur faut maintenant « réaliser ».

« Même si ce n’était pas un boulot mirobolant, on y était attaché quand même », explique de son côté Naima. La grève, conduite avec le soutien de la CGT, leur aura permis d’améliorer les propositions, notamment au niveau « de l’indemnité de licenciement revue à la hausse par rapport aux années d’ancienneté ». Sur les huit salariés concernant, une seule a accepté un reclassement à Lamballe. Les sept autres devraient être licenciés le 5 février. Ils auront alors quinze jours de réflexion pour décider s’ils intègrent ou non la cellule de reclassement pour une durée de neuf mois avec maintien du salaire à 85 %. Avec également une prime à la clef s’ils arrivent à décrocher dans les trois premiers mois un CDI ou un CDD de six mois minimum. « C’est intéressant, il faut que l’on réfléchisse ».

http://www.letelegramme.fr/

http://npabear.blogspot.fr/

03 décembre 2016 ~ 0 Commentaire

ferme de traon bihan

bio 1

IMG_2572

La confrontation avec l’adjoint au maire a eu lieu, dans le calme!

03 décembre 2016 ~ 0 Commentaire

fillon (c dans l’air)

gud

Une équipe de C dans l’air a pu filmer la garde rapprochée de François Fillon, le 21 novembre dernier, au lendemain du premier tour de la primaire. Une quinzaine d’élus et conseillers qui l’ont porté jusqu’à la victoire finale.

Ex-GUD, ex-FN, ex-MPF: le pedigree très réac de proches de Fillon

Hervé Novelli a cofondé le GUD. Anne Méaux a milité au sein de groupuscules d’extrême droite. Gérard Longuet est un ex d’Occident. Valérie Boyer veut inscrire les «racines chrétiennes de la France» dans la Constitution.

Grâce à ces quelques secondes d’images, nous savons qui sont les hommes et les femmes qui conseillent François Fillon. Tous ne sont pas porte-parole, tous n’ont pas de titre, tous ne sont pas connus. Mais s’ils sont autour de cette table au moment si important de fixer la stratégie de l’entre-deux-tours, c’est qu’ils jouent un rôle clé dans la campagne de François Fillon.

Sur cette photo de famille, il y a des hommes et des femmes dont l’engagement politique s’est toujours inscrit dans la famille de la droite parlementaire et républicaine. Ils ne traînent pas de casseroles réacs derrière eux.  Et puis il y a les figures les plus à droite du clan Fillon. Des hommes et des femmes qui s’illustrent par leur passé d’extrême droite ou par un positionnement ultra-réac.

Lire la suite

Rocutozig |
Tysniq |
Connorwyatt120 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Rafredipen
| Agirensemblespourpierrevert
| Buradownchin