Nouveau Parti Anticapitaliste 29

Npa29 Expression des comités Npa: Pays Bigouden, Brest, Carhaix-Kreiz Breizh, Châteaulin, Presqu'île de Crozon, Morlaix, Quimper, et Quimperlé. Seuls les articles signés "Npa" engagent le parti.

08 mars 2021 ~ 0 Commentaire

macron pro nucléaire (odn)

Nucleaire-et-Bougie

Relance du nucléaire: Macron se hâte lentement

Placé à l’Élysée par de puissants réseaux industriels et financiers, le dénommé Macron est en toute logique favorable à tout ce qui profite à ses «parrains» et donc à tout ce qui nuit à la population.

Il est donc très logiquement radicalement pronucléaire. C’est ainsi qu’il s’est rendu début décembre au Creusot, haut lieu de l’incompétence atomique française (pour mémoire, c’est là qu’ont été produites des milliers de pièces défectueuses dont la fameuse cuve de l’EPR de Flamanville).

Toute honte bue, les «élites» de l’atome hexagonal attendaient des annonces fracassantes, en particulier le lancement d’un programme de construction de 6 réacteurs EPR, voir même plus.

Mais elles ont été déçues: bien que farouchement atomiste, Macron n’est pas complètement idiot, et il ne peut que constater qu’EDF est depuis 13 ans incapable de construire l’EPR de Flamanville (il devait entrer en service en 2008 !): comment EDF pourrait-elle faire des tas d’EPR alors qu’elle n’arrive pas à en finir un seul?

Du coup, les industriels ont dû se contenter de belles paroles et de promesses, les décisions étant repoussées à 2023… après l’élection présidentielle.

En revanche, ce sont les atomistes militaires qui ont décroché le jackpot, avec l’annonce de la construction d’un porte-avion nucléaire pour succéder en 2038 au Charles-de-Gaulle. Il est vrai qu’au point où elle en est, la France peut encore gaspiller des milliards…

Notons aussi que le «vieux» Macron a décidé de faire de la propagande pronucléaire en direction des jeunes en s’adressant à eux par le biais de Brut ou de Snapchat. Mais, au Creusot, le locataire de l’Élysée a asséné que «Sans nucléaire civil, pas de nucléaire militaire, sans nucléaire militaire, pas de nucléaire civil».

Or, si les jeunes sont relativement opposés au nucléaire civil, ils sont en revanche radicalement contre le nucléaire militaire. En avouant que les deux sont clairement liés, Macron s’est probablement tiré une balle dans le pied. Tant mieux!

Le Monde, 4 décembre 2020: Le plaidoyer pronucléaire d’Emmanuel Macron

Le Figaro, 8 décembre 2020: Macron: «l’avenir énergétique et écologique de la France passe par le nucléaire»

Nucléaire: «Pour Emmanuel Macron, c’est la filière militaire qui prime»Le Monde, 21 décembre 2020

08 mars 2021 ~ 0 Commentaire

présidentielle (jdd)

macron 2

Présidentielle : le front républicain s’effriterait en cas de duel Macron-Le Pen, selon un sondage

Un enquête réalisée par Harris Interactive pour Commstrat, révélée par L’Opinion, indique qu’une majorité d’électeurs ne reporterait par leur voix en faveur d’Emmanuel Macron, en cas de duel au second tour entre le candidat LREM et la cheffe de file du RN, Marine Le Pen.

Un « front républicain » mis à mal. D’après un sondage Harris Interactive pour Commstrat, publié par L’Opinion ce lundi, Emmanuel Macron sortirait gagnant de la prochaine présidentielle de 2022 avec 53% des voix au second tour, face à la présidente du Rassemblement national Marine Le Pen, créditée de 47% d’intentions de vote.

Néanmoins, indique l’enquête, une majorité d’électeurs, des Insoumis à la droite, refuseraient de reporter leurs votes au second tour sur le président sortant pour faire barrage au RN, au nom d’un « front républicain ».

Le sondage, réalisé sur un échantillon de 1 029 personnes représentatif de la population française, interrogeait les participants sur leurs intentions de vote au second tour, en fonction de celles du premier tour entre Jean-Luc Mélenchon, candidat déjà déclaré pour France Insoumise, Anne Hidalgo pour les socialistes, Yannick Jadot pour les écologistes ou Xavier Bertrand pour la droite.

C’est du côté des électeurs du candidat Insoumis Jean-Luc Mélenchon que le refus de se positionner est le plus majoritaire : 52% d’entre eux indiquent leur intention de s’abstenir ou voter blanc en cas de duel Macron-Le Pen.

Les 48% d’électeurs restant opteraient à part égale entre les deux candidats : 24% pour le candidat LREM, 24% pour la candidate RN. Le leader de France Insoumise a déjà indiqué qu’il ne donnerait pas de consignes de vote dans ce cas de figure.

Les écologistes majoritairement favorables à un report vers Macron

Les électeurs de la maire de Paris Anne Hidalgo seraient 50% à s’abstenir ou voter blanc dans le cas de figure d’un second tour Macron-Le Pen, tandis que 41% d’entre eux accorderaient leur voix au président de la République sortant.

Seul l’électorat du candidat supposé écologiste Yannick Jadot se reporterait majoritairement, 51% d’entre eux, vers le candidat LREM. Et 5% d’entre eux voteraient pour Marine Le Pen.

A droite, les voix sont partagées. Parmi les électeurs de Xavier Bertrand, 41% ne se positionneraient pas en cas de duel Macron-Le Pen au second tour. Ils seraient en revanche 38% à accorder leurs voix à Emmanuel Macron et 21% à voter Marine Le Pen.

Un électorat fidèle à Marine Le Pen

Enfin, l’enquête s’intéresse également à la fidélité de l’électorat des deux candidats. 69% des sympathisants LREM interrogés indiquent qu’ils feront le même choix en 2022. Davantage que les électeurs de Jean-Luc Mélenchon (55%) ou que les transferts de voix de Benoît Hamon vers Anne Hidalgo (29%) ou l’écologiste Yannick Jadot (29%)

Marine Le Pen jouit quant à elle d’une base solide : 84% de ses électeurs de 2017 indiquent leur intention de confirmer leur choix lors de la prochaine échéance électorale, indique Harris Interactive. Un chiffre qui grimpe à 90% d’entre eux, si la candidature de Xavier Bertrand est remplacée par celle de la présidente de la région Ile-de-France, Valérie Pécresse.

8 mars 2021 Mathilde Durand

https://www.lejdd.fr/

08 mars 2021 ~ 0 Commentaire

la prévalaye (rennes)

rennes

Week-end de défense de la Prévalaye

La Prévalaye est un espace de 450 hectares à la limite ouest de la ville de Rennes.

Un espace naturel de cette taille, partie intégrante de la fameuse « ceinture verte » de Rennes, attire les convoitises de plus en plus de projets « artificialisateurs ». Ces derniers préfigurent une urbanisation qui ne dit pas son nom, vu la métropolisation à marche forcée du territoire.

Depuis l’été 2020, plusieurs collectifs et associations écolos rennaises:

Extinction Rebellion – Youth For Climate – Alternatiba – ANV Cop 21 – Attac – Résistance Ecologiste Rennes – Brigade d’intervention champêtre – Réseau de Ravitaillement des Luttes en Pays Rennais et personnes non encartées -

se sont liguées avec le Collectif de sauvegarde de la Prévalaye pour contrer le projet destructeur et imposé d’extension des infrastructures du Stade Rennais Football Club à la Prévalaye.

Le projet est soutenu par la majorité « sociale-écologiste » rennaise (Ville et Métropole). Les terres de la Piverdière doivent rester allouées à la pratique d’activités de très faible empreinte écologique et voir (ré)installer des projets d’agriculture urbaine paysanne, résiliente et de proximité.

Cette année, la défense de la Prévalaye s’est accélérée : manif climat, rassemblement, plantation rébellion. Des centaines de personnes étaient présentes à chaque fois. Fort de ces moments, les collectifs en lutte proposent un week-end entier de manifestation et de plantations les 10 et 11 avril à Rennes et à la Prévalaye .

Rennes, La Prévalaye

Du 10 avril 2021 au 11 avril 2021

Résistance Écologiste Rennes

Source

 

08 mars 2021 ~ 0 Commentaire

thon (the guardian)

thon

.
L’UE accusée de pillage « néocolonial » du thon dans l’océan Indien

Les Maldives ont débarqué 44 000 tonnes de ce poisson en 2019, soit beaucoup moins que les 70 000 tonnes de l’UE.

Les États de l’Océan indien affirment que l’Union européenne ne fait pas beaucoup d’efforts pour la sauvegarde du thon à nageoires jaunes, alors que la « flotte lointaine » de l’Union européenne pêche un plus grand nombre de poissons.

L’UE a été accusée d’ »hypocrisie et de néocolonialisme » pour avoir proposé des mesures insuffisantes pour lutter contre la surpêche de l’albacore, alors qu’elle est le plus grand pêcheur de cette espèce prisée dans l’océan Indien.

Plus petit que ses cousins rouges de l’Atlantique et du Pacifique, le thon à nageoires jaunes est l’un des prédateurs les plus rapides et les plus puissants de l’océan. Appelé aussi thon ahi, cette espèce est massivement surpêchée dans l’océan Indien, à tel point que des supermarchés et des marques comme Tesco, Co-op et Princes ont récemment pris la décision surprenante de se joindre à des scientifiques et à des groupes environnementaux pour réclamer des mesures sévères afin de reconstituer la population de 4 milliards de dollars.

Mais bien que l’océan Indien soit bordé par l’Afrique, l’Asie et l’Australie, l’Union européenne est le plus grand pêcheur d’albacore de la région. Les pays de l’UE – principalement l’Espagne et la France – exploitent une « flotte de pêche lointaine » composée de 43 navires qui pêchent en mer à des milliers de kilomètres de chez eux. En 2019, ils ont capturé 70 000 tonnes d’albacore, soit plus que les États côtiers de l’océan Indien tels que l’Iran (58 000 tonnes), le Sri Lanka et les Maldives (44 000 tonnes chacun).

Les navires de l’UE sont les principaux utilisateurs de « dispositifs de concentration du poisson » (DCP). Ces dispositifs sont des objets flottants qui projettent une ombre pour attirer des groupes de poissons. En jetant des filets à proximité des DCP, les captures peuvent être augmentées avec moins d’effort mais peuvent entraîner une augmentation des prises accessoires, notamment des thons juvéniles qui ne se sont pas encore reproduits.

Une querelle a éclaté entre l’UE et les petits États côtiers en développement dont l’économie dépend directement de l’océan Indien. Un ancien responsable de la pêche des Seychelles a accusé l’UE d’ « hypocrisie et de néocolonialisme », tandis que les Maldives ont qualifié les propositions de l’UE visant à reconstituer les populations d’albacore de « lamentablement insuffisantes ».

Ces questions se posent à l’approche de la réunion d’urgence « cruciale » de la semaine prochaine de la Commission des thons de l’océan Indien (CTOI), l’organisme de réglementation chargé de la gestion des stocks de thon. L’UE et les Maldives, sur les 33 parties concernées, ont fait des propositions à la CTOI pour réduire la surpêche et reconstituer les populations.

Ce sont toutefois les Maldives, beaucoup plus pauvres, qui ont proposé les réductions les plus sévères. L’UE demande une réduction beaucoup moins draconienne. Elle ne prévoit pas non plus de mesures visant à réduire l’utilisation des DCP, qui, selon les ONG, sont à l’origine du déclin de la population.

Il s’agit d’une mesure de « pansement » de l’UE », a déclaré Adam Ziyad, directeur général du ministère de la pêche des Maldives et vice-président de la CTOI. « Elle est loin d’atteindre les niveaux de réduction requis pour garantir la conservation des stocks d’albacore pour les générations futures. S’ils étaient sérieux, ils en prendraient un plus grand coup et ils travailleraient avec les États côtiers pour avoir un meilleur plan de gestion ».

Environ 20 % de la main-d’œuvre des Maldives travaille dans le secteur de la pêche, utilisant principalement des cannes et des lignes plutôt que de grands filets. Selon M. Ziyad, la propo-sition du pays bénéficie du soutien de principe d’autres pays en développement, dont le Kenya, l’Afrique du Sud et la Tanzanie.

« Le thon à nageoires jaunes est toujours dans le rouge », a-t-il déclaré. « Aux Maldives, nous allons réduire les captures de 11 %. C’est une tâche difficile pour nous de dire aux pêcheurs qu’ils doivent prendre ce coup. C’est important pour l’emploi, pour la sécurité alimentaire – c’est toujours l’activité économique la plus prometteuse au nord et au sud des Maldives ».

Chaque proposition est complexe, mais selon la Global Tuna Alliance (GTA), un organisme indépen-dant représentant les détaillants et les marques, le résultat est clair : la proposition de l’UE permettrait de réduire de 6 % les captures d’albacore en 2021 par rapport aux niveaux de 2014, tandis que la proposition des Maldives signifierait une réduction de 14 %.

Le GTA a accueilli favorablement les deux propositions, mais a déclaré que celle des Maldives était « beaucoup plus proche » de ses propres appels à une réduction de 20 %.

« Les deux propositions ne doivent pas être considérées comme des points finaux », a déclaré le GTA. Elle a affirmé que la proposition des Maldives n’était pas non plus « proportionnée ou équitable », car elle se concentrait sur les senneurs à senne coulissante, un type de pêche au filet large qui n’est généralement pas pratiqué par les pêcheurs à la canne des Maldives.

Les organisations environnementales, quant à elles, ont qualifié la proposition des Maldives de « strict minimum » dans une lettre adressée aux chefs de délégation de la CTOI et cosignée par des groupes dont le Fonds mondial pour la nature et la Blue Marine Foundation. Ils ont noté, par exemple, qu’aucune des deux propositions ne traitait de l’utilisation des DCP, qui, selon les ONG, aggravent la surpêche en capturant de manière disproportionnée des albacores juvéniles.

Nirmal Shah, ancien président de l’Autorité des pêches des Seychelles et aujourd’hui directeur général de Nature Seychelles, a décrit la proposition de l’UE comme une « tactique dilatoire ».

« L’UE est hypocrite, elle fait le tour du monde en parlant de surpêche. C’est une situation néocoloniale », a déclaré M. Shah. « Ce que l’UE nous dit, c’est qu’elle ne se soucie pas de nos pays côtiers ». Jess Rattle, de la Blue Marine Foundation, a accusé l’UE d’être le « plus grand contributeur » à la surpêche du thon à nageoires jaunes en raison de sa domination et de l’utilisation de DCP.

« Il n’est pas surprenant que l’UE ait présenté une proposition sur l’albacore qui est terriblement insuffisante, qui ne permettrait pas de reconstituer le stock en temps voulu et qui pourrait en fait permettre à la flotte de l’UE d’augmenter ses propres captures, par rapport à 2019″, a déclaré Jess Rattle.

Elle a salué la proposition des Maldives, qui préconise une réduction des captures, comme étant « conforme aux conseils de gestion de la CTOI », ajoutant qu’elle « appelle à une réduction des captures beaucoup plus importante que celle de l’UE, prend en compte les besoins des États côtiers en développement et fait preuve d’un leadership vraiment fantastique qui, nous l’espérons, sera soutenu par tous les membres de la CTOI ».

Greenpeace a qualifié la proposition de l’UE de « scandaleuse et inéquitable », et a déclaré qu’aucune des deux propositions n’était suffisante pour reconstituer la population de thon.

En réponse à ces critiques, un fonctionnaire de l’UE a déclaré que l’UE soutenait fermement « une réduction effective des captures pour reconstituer les stocks » et avait « contribué » à la décision de la CTOI de convoquer une session spéciale. Le fonctionnaire a défendu la proposition de l’UE comme étant « ambitieuse mais réaliste », avec une obligation de réduire les captures pour toutes les flottes, quelle que soit leur taille, de manière juste et équitable.

Ni l’UE ni les Maldives n’ayant proposé de restreindre les DCP, ce sont le Kenya et le Sri Lanka qui ont soumis une proposition distincte en ce sens.

« Le Kenya, les Maldives et les pays côtiers partageant les mêmes vues ne pêchent que dans l’océan Indien, donc si les stocks s’épuisent, c’est nous qui en souffrons », a déclaré Stephen Ndegwa, directeur adjoint de la pêche au ministère kenyan de l’agriculture. « Nous n’aurons rien pour les générations futures.

« Les navires de pêche étrangers, comme les navires de l’UE, se déplaceront vers d’autres océans, mais nous ne pouvons pas nous déplacer – et nous serons coincés sans poisson ».

Karen McVeigh Vendredi 5 Mars 2021

https://www.theguardian.com/

08 mars 2021 ~ 0 Commentaire

femmes de palestine (afps)

pal1

Facebook

08 mars 2021 ~ 0 Commentaire

gael quirante (sud 92)

unnamed

CAGNOTE

08 mars 2021 ~ 0 Commentaire

édito (a et r)

feminisme

Le 8 mars et tous les autres jours de l’année, vive la lutte des femmes pour leur émancipation !

Il est toujours utile de le rappeler, le 8 mars ce n’est pas la « journée de La Femme », mais la journée internationale de lutte pour les droits des femmes.

Cette journée existe depuis 1910, son origine s’ancre dans les luttes ouvrières et les nombreuses manifestations de femmes réclamant le droit de vote, de meilleures conditions de travail et l’égalité entre les hommes et les femmes, dès la fin du 19ème siècle.

Elle est aujourd’hui l’occasion de rappeler que les combats pour l’égalité sont toujours indispensables et que la lutte pour les droits des femmes et leur émancipation, c’est toute l’année ! 

En 2021, la lutte contre les inégalités hommes-femmes et pour les droits des femmes toujours nécessaire

Les violences sexistes et sexuelles, les stéréotypes de genre, les inégalités professionnelles – notamment salariales – sont toujours à combattre et concernent toute la so­ciété, tous les milieux et tous les âges.

Parce que dans le monde : une femme sur trois subit du harcèlement sexuel au travail, que chaque jour, 137 femmes sont tuées par un membre de leur famille, que les femmes et les filles constituent 72% des victimes de trafic d’être humain, que la violence scolaire basée sur le genre est un obstacle majeur à la scolarisation universelle et à la réalisation du droit à l’éducation des filles.

Petit à petit, les femmes s’affranchissent du silence pesant sur les violences sexistes et sexuelles. Aujourd’hui partout dans le monde des milliers de femmes et d’hommes dénoncent ces violences ! Le silence se brise, des milieux du cinéma aux bancs des grandes écoles, en passant par les entreprises, les partis politiques et les syndicats, on balance les porcs !

L‘accès à l’IVG reste un combat permanent et un élément du rapport de force pour l’égalité des droits, pour le libre choix, pour le droit et l’accès à la santé. Ces derniers mois, la Pologne a occupé une large part de l’actualité par les manifestations d’ampleur en défense de l’IVG.

C’est l’Argentine qui a donné à ce combat toute sa dimension actuelle et a fait souffler un vent de confiance retrouvée. Après des décennies de combats idéologiques et de rue sur un continent maintes fois sous le joug de dictatures et de régimes autoritaires, les militantes argentines ont fait plier l’État et son alliée, l’Église catholique, en imposant une loi rendant légal l’avortement sans condition jusqu’à la quatorzième semaine de grossesse

Pour lutter contre les inégalités dans le monde du travail, les femmes se sont empa­rées à maintes reprises de l’arme par excel­lence des travailleuses : la grève !

A travail égal, salaire non égal ! En moyenne, tous postes, secteurs et temps de travail confondus, il existe une différence de salaire net de 24 % entre les femmes et les hommes ; cet écart est de 18% sur l’ensemble des contrats à temps plein. Il s’agit de discrimination pure.

Les femmes subissent particulièrement la précarité, les temps partiels imposés, les petits boulots précaires. Et par ces temps de licenciement, les premiers à pâtir sont les femmes car le plus souvent précaires, intérimaires.

La pandémie et les confinements ont mis en lumière que les femmes sont indispensables au fonctionnement de la société et invisibilisées en permanence : les femmes, et toujours plus les femmes migrantes, sont majoritaires dans les emplois du soin, de la santé, de l’éducation, du nettoyage, du commerce.

Elles sont sous-payées, peu ou pas reconnues … malgré les belles promesses et les applaudissements, rien n’a bougé ni revalorisation des salaires, ni embauches statutaires !

Pour les femmes comme pour l’ensemble de notre camp social, c’est pour toutes et tous et toute la journée que le 8 mars devrait redevenir un jour de grève générale.

Car c’est le moyen qui nous permettrait à la fois de nous retrouver massivement dans la rue et de bloquer la machine économique au service du patronat et d’une société patriarcale devenue tellement insupportable !

https://anticapitalisme-et-revolution.blogspot.com/

08 mars 2021 ~ 0 Commentaire

l’anticapitaliste (npa)

07 mars 2021 ~ 0 Commentaire

lannion

lannion

07 mars 2021 ~ 0 Commentaire

irlande (the guardian)

tricolore

Un républicain dissident irlandais exhorte les groupes armés à renoncer à la violence
.
Les meurtres détournent les gens de la cause, déclare l’ancien dirigeant extrémiste Des Dalton.

Des Dalton, ancien président du républicain Sinn Féin, a appelé à la fin de la violence. Une voix politique de premier plan dans le républicanisme dissident irlandais a exhorté tous les groupes paramilitaires armés d’Irlande du Nord à  un cessez-le-feu et à mettre fin à leurs violences.

.
Des Dalton, l’ancien président du groupe républicain idéologiquement dur Sinn Féin, est devenu la première figure à émerger des groupes républicains dissidents pour conseiller à ceux comme lui opposés à l’accord du Vendredi saint que la «lutte armée» devrait être suspendue.
.
Son appel à un cessez-le-feu républicain dissident intervient à un moment de tension croissante en Irlande du Nord, en particulier au sein des factions paramilitaires loyalistes d’ Ulster.
.
Un organisme « parapluie » représentant l’Ulster Volunteer Force, l’Ulster Defence Association et les groupes Red Hand Commandos a retiré son soutien à l’accord du Vendredi saint.
.
Les loyalistes disent que l’imposition d’une «frontière» le long de la mer d’Irlande coupant économiquement l’Irlande du Nord du reste du Royaume-Uni les a forcé à repenser leur position pro-accord.
.
L’Observer comprend que cela ne signifie pas que les cessez-le-feu de ces groupes terroristes soient menacés à court ou moyen terme, même si les relations entre les loyalistes et le gouvernement irlandais sont très tendues.
.
Dans une interview pour un projet de l’Université de Liverpool sur l’avenir constitutionnel de l’Irlande, obtenue par l’observateur, Dalton souligne que sa demande de cessez-le-feu est faite à titre personnel et non au nom du républicain Sinn Féin (RSF).
.
Le membre de l’exécutif national de RSF estime que les campagnes armées actuelles ne peuvent être justifiées stratégiquement et moralement. Il ajoute que la suspension de la «lutte armée» créera de meilleures conditions pour que le dialogue irlandais sur la réunification se déroule dans l’ère post-Brexit.
.
Le Républicain Sinn Féin et ses alliés de l’ IRA de la Continuité (CIRA) sont les plus anciennes des organisations républicaines dissidentes. RSF a été fondée en 1986 après une scission au sein du Sinn Féin suite à l’abandon par ce dernier de la politique traditionnelle de boycott du parlement irlandais, Dáil Éireann.
.
Le CIRA a été responsable d’un petit nombre d’attaques armées depuis sa création. En mars 2009, un  « snipper »  du CIRA a abattu le policier Stephen Carroll, le premier membre du service de police d’Irlande du Nord (PSNI) à être tué par des paramilitaires.
.
Tout en soulignant qu’il soutiendra toujours «le principe, le droit de s’engager dans une action armée lorsque cela est nécessaire», Dalton déclare: «C’est un point de vue personnel, pas le point de vue du Républican Sinn Féin, mais je pense que le climat actuel, en au moment où nous nous trouvons, n’est pas propice aux actions armées.
.
Du point de vue de l’avancement des objectifs républicains, c’est contre-productif. Regardez les actions des deux dernières années et aucune d’entre elles n’a fait avancer la cause du républicanisme traditionnel, même ils ont fait reculer cette cause.
.
Il cite le meurtre de la jeune journaliste Lyra McKee il y a deux ans à Derry comme un exemple d’actions armées qui ont freiné le républicanisme traditionnel. La journaliste avait été abattue lors d’une attaque bâclée par une arme à feu de la Nouvelle IRA contre les forces de police de la ville en avril 2019.
.
«Mon expérience est que lorsque les républicains traditionnels font des progrès pour gagner du soutien, il y a eu des actions armées où tout est perdu. L’action armée balance et étouffe tout message que nous, les républicains traditionnels, essayons de faire passer.
.
Il suffit de regarder les conséquences de la mort tragique de Lyra McKee et la façon dont elle a retourné tant de gens contre les républicains traditionnels », a-t-il déclaré. De manière controversée à partir d’une position républicaine dure, Dalton dit qu’il n’y a pas actuellement de campagne armée proprement dite de la part des différents groupes dissidents, mais plutôt une série de ce qu’il appelle des «actions sporadiques».
.
Il poursuit: «D’un point de vue moral, il y a deux aspects à tout cela. Il y a l’immoralité d’envoyer des jeunes hommes et femmes  se suicider ou perdre la vie et faire face à des dépenses, 10, 15, 20 ans de prison.
.
Je pense que moralement ce n’est pas justifiable en ce moment, cela ne peut pas être justifié quand la réalité est qu’il n’y a pas de campagne et d’autant plus que ces actions armées sporadiques vont à l’encontre du républicanisme traditionnel.

.
«Je regarde les prisons et je vois des jeunes face à 10 ou 20 ans de leur vie, puis je pense à quelque chose qui n’est pas une campagne efficace, ce n’est pas quelque chose qui mène à une sorte de percée significative.
.
Dans ces circonstances, je ne pense pas qu’il soit justifié de demander aux gens de faire ce genre de sacrifices et, de toute évidence et plus encore, de se suicider. «En 1923 et 1962, des cessez-le-feu ont été appelés même s’il n’y avait pas de retour à l’idéologie républicaine traditionnelle. Ils ont été faits uniquement en termes pratiques pour que le mouvement prenne du recul et réévalue.
.
Je ne pense pas que mon appel soit différent d’alors. » Interrogé par l’Observer s’il croit que son appel au cessez-le-feu pourrait être entendu dans les rangs de la Continuity IRA et d’autres factions telles que la Nouvelle IRA,
.
Dalton a déclaré: «Franchement, je ne sais pas, mais tout ce que je peux faire, c’est offrir mon point de vue et si ce n’est pas adoptét, alors je devrai voir où j’en suis et partir de là. Mais je reste vraiment un républicain traditionnel et la position du républicain Sinn Féin reflète ma propre vision. « 
.
Henry McDonald Sun 7 Mar 2021
.
.
Commentaire:
.
L’Observer c’est The Guardian du week-end.

Rocutozig |
Tysniq |
Connorwyatt120 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Rafredipen
| Agirensemblespourpierrevert
| Buradownchin